Jeux

LEGO Indiana Jones 2 : L’Aventure continue

Action/Aventure | Edité par LucasArts Entertainment | Développé par Traveller's Tales

3/5
360 : 20 novembre 2009
11.01 à 11h31 par - Rédacteur |Source : http://www.xbox-mag.net/

Test : LEGO Indiana Jones 2 : L'Aventure continue sur Xbox 360

Tin tin tin, tin tin tin, ahhh la musique de John Williams vient nous caresser les oreilles, le thème principal du bon vieux Indy est là pour nous montrer que l’aventure continue ! Vêtu de son chapeau et armé de son fouet, il va falloir arpenter une fois de plus, jungle, désert, temple et affronter du nazi à la pelle, le tout version Lego. Une nouvelle histoire, de nouveaux défis et modes attendent notre explorateur préféré avec pour cœur de jeu le quatrième opus de la saga, en route !


Indiana Tom Jones

Enfonçons tout de suite le clou afin de ne plus y revenir, le centre de l’histoire mise sur le scénario du quatrième film, qu’il soit le meilleur de la saga ou pas là n’est pas le débat, vous avez la nouvelle rubrique Ciné-Mag pour en parler. Ceci étant dit, l’explorateur en culotte courte que vous êtes pourra également claquer du fouet sur les évènements les plus marquants des trois premiers volets, une aubaine même pour ceux qui ont joué au premier Lego Indiana Jones car les niveaux ont été modifiés, certains très légèrement, laissant le plaisir de la (re)découverte pour tous. La liberté de réalisation des niveaux a ici atteint son paroxysme, on se retrouve donc avec des niveaux provenant d’une réalité alternative Indyesque, mais qu’importe, les scènes clés sont toujours très agréables à jouer et surtout toujours dans l’esprit bon enfant plein d’humour des petits amis en plastique s’imbriquant partout.



Ce second opus se différencie de son prédécesseur de plusieurs façons, la plus flagrante est le hub de choix de niveaux qui n’en est plus vraiment un tout en le restant (c’est clair non ?). On ne choisit plus le niveau depuis la bibliothèque, à la place chaque chapitre contient son propre hub avec niveaux à parcourir dans l’ordre prévu par ces messieurs de Traveller’s Tales, on débloque personnages et objets clés au fur et à mesure afin d’avancer et passer outre l’obstacle gênant ou accéder à une zone spécifique grâce à la capacité d’un protagoniste précis. De petites quêtes sont disséminées ça et la, le plus souvent à base d’objets à récupérer, de courses avec véhicules ou de collecte de briques spéciales de différentes couleurs. Au fur et à mesure le joueur découvre le hub et l’explore en entier pour débloquer tous les niveaux, personnages, véhicules et bonus. Le mode deux joueurs est toujours de mise, en effet c’est le propre de la saga des Lego : « placer votre licence ici » de toujours évoluer à plusieurs. Cette fois-ci l’écran peut se scinder en deux si les joueurs sont trop éloignés les uns des autres. Les armes de jet ou le fouet d’Indy disposent également d’un viseur, bien pratique pour résoudre les énigmes ou viser avec précision mais pas ergonomique pour un sous pendant un combat car un peu long à déclencher. Le fouet d’Indy justement, revenons dessus, est devenu multi-usages, il permet donc d’activer des mécanismes, de s’accrocher pour atteindre des zones inaccessibles ou encore capturer un ennemi et le trainer derrière lui, oui ceci aura une utilité croyez moi ! Dernier gros changement, les véhicules, le joueur se retrouvera très (trop ?) régulièrement pris dans des courses-poursuites à bord des véhicules aperçus dans les différents films. Nous reviendrons dans quelques instants sur ce point.


Indiana Quincy Jones

Comme à l’accoutumée toutes les festivités doivent se stopper net tant on sera déçu/frustré devant la ligne narrative nous propulsant sans arrêt devant des situations plus ou moins bien amenée. Tout n’est que prétexte à effectuer une action précise par niveau, le tout plusieurs fois d’affilée. Les combat contre les boss en sont le parfait exemple, comprendre comment les toucher est de loin la partie la plus intéressante, la mise en application de la technique appropriée est donc rébarbative et souvent trop facile. A contrario certaines énigmes sont assez tordues pour arriver à vous faire arracher les cheveux par touffes entières, la difficulté n’est pas vraiment due à la complexité de la situation mais souvent au léger détail contenant un bug qui peut tout simplement vous bloquer sans raison apparente et donc vous rendre fou. Pas très agréable tout ça. Dans l’ensemble Traveller’s Tales tient en estime le joueur en proposant des énigmes assez fine pour donner au joueur la satisfaction de la réussite, car plus que les combats, les phases d’exploration et résolution d’énigmes sont vraiment intéressantes. Petite feature sympathique pour les combats : certains ennemis devront être désarmés ou seront insensibles aux attaques dites « normales », il faudra donc faire marcher ses cellules grises pour trouver le moyen de les vaincre. Lego Indy le retour donne dans la nostalgie, il fait ressortir cette impression des jeux 8 bits, quand un seul chemin était possible, quand une seule technique était efficace, quand le joueur devait se battre contre les ennemis, les énigmes et le gameplay ! Le gameplay qui se révèle catastrophique dans la conduite des divers véhicules, durant les phases de combats et poursuites véhiculées le principal ennemi ce sera vous et votre capacité à garder le contrôle de votre engin et de vous-même… « Indy saute au volant de cette jeep ! Pas de problèmes, j’en prendrais le contrôle quand elle aura finit de respawn au dessus d’un gouffre ! » Oui c’est assez frustrant une fois de plus de voir le véhicule convoité apparaître et tomber du ciel directement dans un ravin, et ce de manière définitive et surtout il est impossible d’y remédier !



On ne pourrait qu’apprécier enfin la présence d’un split d’écran quand les deux protagonistes contrôlé par les joueurs en multi sont éloignés l’un de l’autre, le split se déplace selon l’angle des joueurs, sur le papier l’idée est excellente mais dans la pratique c’est un fouilli sans nom faute à une caméra plus dynamique mais pas toujours placée de façon pertinente pour coller à l’action. Le joueur pourra d’ailleurs très légèrement influer sur la disposition de cette caméra qui se retrouve plus loin des personnages que dans le premier volet, sans doute pour nous laisser admirer les paysages et les différents décors, pour le coup eux, modélisés de façon plus fine que dans le premier Indy au pays des Lego. Enfin le choix des actions jouables provenant des trois premiers films pourront faire sourire certains et tiquer d’autres, point de spoil mais certains moments clés sont quand même tout simplement absents. Dommage. Mais non ce n’est pas tout, Indy en a encore dans le ventre, que faisiez-vous (ou que faites vous encore) avec vos petites briques Lego ? Vous… vous… CONTRUISEZ ! Un éditeur de niveaux a fait son apparition pour le bonheur des petits et des moins petits. Complet et disposant d’un tutoriel afin de manier la bête comme un dieu, vous pourrez laisser s’échapper l’imagination de vos cerveaux malades pour créer : personnages, décors et même histoires ! Bref, de quoi prolonger une durée de vie déjà assez conséquente si vous décidez de vous lancer dans la collecte de tous les objets du jeu.

Indy, c’est comme un membre de la famille, quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise, on l’aime. Malgré un quatrième épisode en dessous de la classe de cette franchise, cette adaptation vidéo lubrique (de Lego) est plus qu’honnête. L’ultime (?) opus de la saga Lego de notre aventurier préféré n’est pas exempt de défauts mais assez chaleureux pour vous donner l’envie de reconquérir le cœur de Marion, braver le sol de gâteaux secs avec Demi-Lune ou encore découvrir que la vérité est ailleurs.

+

  • Le nouveau hub
  • L'action
  • L’éditeur de niveau
  • Le split d'écran enfin disponible....

-

    • ...mais perfectible car le tout devient vite confus
    • La conduite des véhicules
    • Certaines énigmes gâchées par de petits bugs