Jeux

Les Chroniques de Zorro

Aventure | Edité par Nacon | Développé par BKOM Studios

7/10
One : 16 juin 2022
16.06 à 16h42 par - Rédacteur en Chef

Test : Les Chroniques de Zorro sur Xbox One

Série Z ?

Imaginé en 2011 par l'écrivain Johnston McCulley, Zorro est parvenu à traverser les décennies avec une grande aisance. Le héros de Haute-Californie a su adapter ses aventures sur de multiples supports culturels, avec la célèbre série en noir et blanc diffusée pour la première fois dans les années 50 des films avec Antonio Banderas, et dernièrement un dessin animé de 26 épisodes produit en 2015 par la société française Cyber Group Studios. Ce sont justement Les Chroniques de Zorro qui sont aujourd'hui adaptées en jeu vidéo, en espérant faire oublier les précédentes apparitions de l'épéiste à la cape noire dans le monde du jeu vidéo.

Petite aparté pour commencer, il faut savoir que Zorro: The Chronicles est un projet débuté au sein du studio polonais BTC Studios, mais qui s’est terminé chez les québécois de BKOM Studios. Nous ne connaissons évidemment pas les circonstances qui ont poussé Nacon a retiré le projet des mains des développeurs basés à Varsovie, mais on peut penser que la volonté de l’éditeur français était d’obtenir un titre à la hauteur des standards actuels. Car la concurrence est rude sur le secteur, avec notamment les britanniques d’Outright Games, véritables spécialistes des adaptations de dessins animés et de films d’animation. Et ça commence plutôt mal pour Diego et sa bande, avec une cinématique peu explicite affichée dans une résolution qui nous ramène dix ans en arrière. On imagine toutefois que le public ciblé, autrement dit les enfants, sera peut-être moins regardant sur ce type de détails, et c’est sans doute sans à priori qu’il vous pouvoir se lancer dans l’aventure, d’autant plus facilement s’ils connaissent bien la série et son univers.

ss_b370543df815e11b82044a0e540e2a315aedb818.1920x1080

Car tout est fait pour rapidement trouver ses marques. Le joueur a la possibilité d’incarner Zorro en tant que Diego de la Vega, mais aussi en tant que Inès de la Vega, sa sœur jumelle. Pas d’incohérence ici puisqu’elle a déjà eu l’occasion d’enfiler la cape le temps d’un épisode de la série animée. Plus qu’une question de genre, nos deux héros ont des statistiques légèrement différentes puisque Diego possède un éclair d’attaque spécial en plus, tandis que sa frangine dispose d’un cœur supplémentaire. Globalement, à l’exception d’une poignée d’attaques spéciales, les deux personnages disposent des mêmes mouvements et des mêmes capacités. L’arbre de compétences est d’ailleurs commun aux deux héros, et permet de débloquer de nouvelles attaques et des coeurs supplémentaires par exemple.

Car le gameplay de Zorro: The Chronicles repose avant tout sur des combats, à mener face aux soldats de l’armée du Commandant Monasterio. Assez classique dans leur approche, ces combats ont toutefois le mérite d’être très dynamiques avec un système de contre qui rappelle la franchise Batman Arkham. Les environnements ont également une grande importance puisqu’il est possible de vaincre un ennemi d’un seul coup en l’envoyant valser dans une fontaine, contre un cactus ou sur les sabots d’un cheval qui lui fera faire une pirouette de plus. Pas de violence excessive dans le jeu de BKOM Studios puisque chaque ennemi éliminé est un ennemi assommé. Pas de sang, mais des lettres Z parfois inscrites sur les vêtements des adversaires, quand certains se retrouvent même avec le pantalon sur les genoux. Une signature qui colle au personnage depuis plusieurs décennies désormais. L’approche est adaptée aux enfants, parfois marrante, avec des combats finalement agréables à jouer qui bénéficient d’angles de caméras intéressants lors des attaques spéciales. De quoi offrir un peu plus d’impact pour envoyer un adversaire au sol.

Zorro_2-1140x641

Mais c’est bien le seul moment où la caméra nous donne satisfaction car hormis durant ces rares moments, elle est en mode libre, et c’est une catastrophe. Il est possible de la controler avec le stick droit, une option plutôt classique mais, très régulièrement, elle refuse de se placer comme on le souhaiterait. C’est rapidement énervant surtout que le gameplay est assez rigide avec des mouvements un peu lourds à gérer pendant les déplacements. On aurait donc préférer un peu de souplesse d’autant que les développeurs ont eu la bonne idée de placer quelques éléments qui poussent un peu à l’exploration des dix-huit petites zones disponibles. Pour gagner un peu d’argent et espérer faire avancer l’arbre de compétences, Diego et Inès peuvent coller des affiches à des endroits bien définis, mais aussi remplir des défis de combat. Ces défis vous demandent généralement de battre un certain nombre d’ennemis d’une façon précise, ce qui oblige le joueur à varier un peu sa façon de jouer. Dans d’autres circonstances, il est possible d’opter pour de l’infiltration, avec la possibilité de marquer les ennemis à l’aide d’une longue vue. On peut envoyer des caillasses pour distraire les soldats, leur tomber dessus d’un point situé en hauteur, ou arriver dans leur dos pour les éliminer en un seul coup. L’utilisation du fouet permet aussi de se hisser rapidement sur des toits pour se faire oublier. Des possibilités multiples qui évitent un sentiment de répétitivité. D’ailleurs la grande majorité des niveaux laissent le joueur de choisir entre deux lieux d’apparition, pour adopter une approche infiltration ou plutôt envisager une confrontation directe.

On n’échappe évidemment pas aux décors de la Haute-Californie et son petit parfum de Mexique. Malgré tout, les différents niveaux tentent de se différencier les uns des autres, avec notamment certaines zones qui se font de jour, et d’autres de nuit. C’est assez pauvre techniquement même si les modèles 3D sont très corrects. Les animations paraissent un peu étranges parfois, tandis que les bâtiments sont très lisses. La technique n’est clairement pas le point fort du jeu, et on aurait aimé avoir quelques petits détails supplémentaires comme lorsque notre héros tombe dans un ruisseau. Pas d’éclaboussures et l’impression d’avoir glissé dans un trou sans fond, pour un Game Over un peu brutal. Heureusement, aussi bien en difficulté normale ou difficile, il est toujours possible de reprendre le niveau sans perdre la progression en cours. La durée de vie de son côté n’excède pas les 6 heures de jeu en ligne droite, mais les affiches à coller et les défis à compléter permettent toutefois un peu de rejouabilité.

7/10
Après un dernier épisode sorti en 2008 sur Wii, la franchise Zorro est de retour en jeu vidéo pour enfin nous proposer une expérience de jeu correcte. Zorro: The Chronicles est un véritable mélange des genres dont les mécaniques de gameplay, empruntées aux jeux d'action et d'infiltration, offrent une expérience suffisamment diversifiée et adaptée aux jeunes joueurs. Malgré de nombreux défauts, le titre de BKOM Studios reste une bonne proposition, surtout pour ceux qui sont déjà familiarisés avec la série animée.

+

  • Bonne adaptation de l'univers
  • Gameplay varié
  • Combats dynamiques
  • Un peu de rejouabilité

-

    • Déplacements trop rigides
    • Caméra récalcitrante
    • Cinématique d'intro ratée