Jeux

Oddworld: Soulstorm

| Développé par Oddworld Inhabitants

7/10
One : 30 novembre 2021
07.12 à 10h47 par

Test : Oddworld: Soulstorm sur Xbox One

Une odyssée pas si simple

Sorti initialement en 1998 sur PSONE et PC, L’Exode d’Abe est la suite directe de l’Odyssée d’Abe. Aujourd’hui avec Soulstorm nous avons droit à un vrai relooking de la part de l’équipe de développeurs d'Oddworld Inhabitants. Plus que ça même, c’est une refonte totale du jeu original. Découvrons ensemble les nouvelles aventures d'Abe le Mudokon, au physique pas facile.

Oddworld Soulstorm est un jeu de plateforme en 2.5D mêlant à la fois, action, infiltration et quelques énigmes. L’histoire reprend directement à la fin du premier volet, fraichement évadés de Rupture Farms, pour éviter de se faire transformer en bouffe par les maitres des lieux. Nous retrouvons nos gentils Mudokons qui doivent de nouveau s’échapper car les Glukons sont là. Après une scène cinématique très réussie, vous incarnez Abe, véritable héros pour ses pairs. Le peuple Mudokons compte sur vous ! Cette fois ci, il y a un peu plus de challenge, plus d’énigmes, plus d’action mais aussi plus de possibilités pour vous en sortir.

oddworld_Screen_01

Graphiquement superbe les premières scènes du jeu vous plongent dans cet univers incroyable crée par Lorne Lanning. La direction artistique est sublime, le jeu surprend le joueur, et certains des panoramas poussent à la contemplation. Pas trop quand même ! Car de nombreux dangers sont présents. Notre héros a eu un peu de temps pour s’entrainer, il est capable d’effectuer un double-saut, de crafter divers éléments trouvés ici et là (nous y reviendrons plus tard), pour tenter de déjouer les pièges disséminés au travers des 15 niveaux que propose le jeu.

Deux niveaux bonus se débloqueront si vous terminez le jeu avec presque tous les mudokons sauvés. Bon, il y en a 1400, la tache est difficile et il faudra se montrer très patient. Certes la présence de checkpoints est salvatrice, mais ils ne sont pas forcément toujours bien placés. Petite nouveauté au menu, le crafting, Bombe à eau, grenade paralysante ou encore explosifs peuvent être récupérés dans les poubelles et casiers. Vous voilà armé jusqu’aux dents, enfin presque, car à chaque fin de niveaux l’inventaire se vide…

oddworld_Screen_08

Les occasions sont multiples pour se faire véritablement casser la gueule par le jeu, les zones à traverser sont souvent très, trop peuplés d’ennemis. Avec votre pouvoir de contrôler les esprits vous pourrez vous aider d’un Slig et vider la salle avant de vous engager plus en avant et éviter ainsi les pertes de vos compagnons, qui entraineront un mauvais karma en résultat de fin de mission.

Parfois frustrant, souvent même, il faudra souvent recommencer. Car notre sympathique petit héros est quand même un poil rigide, quelques animations ou Abe tombe sans savoir pourquoi, ou qu’il ne veut pas s’accrocher à une plateforme… La bande son est oubliable, ce n’est pas forcément la meilleure mais ça fait le job.

7/10
Pour conclure le jeu se montrera très dur avec chacun, les combats de boss sont délicats, mais la satisfaction est présente pour ceux qui seront les plus armés face à ce die and retry. L’infiltration est de nouveau mise en avant dans le titre mais pas que, grâce a votre arsenal et une bonne dose d’imagination vous pourrez venir à bout de ce titre exigent.

+

  • La direction artistique
  • Humour omniprésent
  • Cinématiques de toute beauté

-

    • Manque de souplesse
    • Un inventaire qui se vide à chaque fin de niveau
    • la difficulté extrême de certains passages