Jeux

Otogi

Action | Edité par Sega | Développé par FROM Software

4/5
360 : 04 septembre 2003
11.09 à 06h05 par

Test : Otogi sur Xbox

Entouré d’un certain mysticisme, doté d’une esthétique à faire pâlir Panzer Dragoon Orta et appuyé par une jouabilité réglée au poil, c’est après bien des mois que Otogi : Myth of Demons débarque enfin chez nous. A la croisée d’un Onimusha, pour le côté mythologie japonaise, d’un Devil May Cry, pour son action ininterrompue et saupoudré d’une pointe de Gun Valkyrie, c’est avec de bien belles références que ce « conte de fées » (traduction littérale de Otogi) arrive sur notre grosse boîte verte. Alors posez les mains sur votre écran et laissez vous pénétrer par la magie de ce test…

Raikoh…

A peine avez-vous inséré la galette dans votre console qu’une douce musique se fait entendre. Le magnifique menu principal, très coloré, devient tout à coup noir et blanc et laisse place à l’intro vous expliquant pourquoi vous revenez du royaume des morts. Vous qui étiez un guerrier sans scrupule, tuant les humains les uns après les autres, allez désormais devoir vous racheter en éradiquant les démons présent sur terre. La voix mystique qui vous guide vous a insufflé le pouvoir de la magie pour vous aider dans votre quête… Le repos du guerrier viendra de la lumière…

Après une intro chargée en émotions, vous découvrez enfin Raikoh, le personnage que vous allez incarner. Une sorte de ninja qui fait à la fois penser à Ninja Gaiden et Shinobi. Vous êtes ensuite directement lancé dans le vif du sujet, le combat. Vous découvrez alors très rapidement la palette de mouvements de Raikoh. L’attaque classique (bouton B) vous permet d’enchaîner plusieurs coups d’épée et de réaliser ainsi de magnifiques combos. Le bouton Y vous permettra de porter des attaques bien plus puissantes, en un seul coup d’épée, mais également de détruire de nombreux éléments du décor. Le bouton X, quand à lui, vous servira lorsque vous aurez de la magie à concentrer votre force (un peu comme dans DBZ) pour ensuite lâcher une attaque monstrueuse ! Raikoh peut également effectuer des doubles sauts, lors desquels vous pourrez rester en lévitation le temps d’enchaîner vos combos dévastatrices. Enfin, les deux gâchettes sont elles aussi utilisées puisque vous pourrez (à la manière de Gun Valkyrie) accélérer d’un coup sur une 20 de mètres avec celle de droite, ce qui vous permettra également de voler lorsque vous vous trouverez en l’air. La gâchette gauche servira à viser les adversaires, mais devant son manque de précision et le mal qu’aura la caméra à vous suivre je ne vous le conseille pas… Comme vous pouvez le voir, les petits gars de chez FromSoftware ne se sont pas moqués de nous et nous offrent un beat them all facile à prendre en main et super agréable à jouer. Les combos pleuvent, les ennemis affluent de tous les côtés et la puissance de Raikoh est tout bonnement impressionnante.



L’esthétisme dans toute sa splendeur…

Si il est bien un autre point sur lequel Otogi émerveille c’est sur sa réalisation. En effet, que ce soit au niveau des graphismes, de l’esthétique ou de l’animation, tout est réglé comme une horloge et offre un rendu magnifique. Le design, tout d’abord, est de toute beauté. Raikoh dispose d’un charisme hors du commun, et ses déplacement dans les airs ainsi que son style de combat en font l’un des personnages les plus réussis du paysage vidéoludique (derrière notre cher Snake tout de même…). Quand aux ennemis, ils ne sont pas en reste, même si ils ne sont pas d’une grande originalité, ils sont tous très soignés (bon c’est vrai les gros blobs que vous rencontrerez dans le septième niveau ressemblent à de la gelée mais ce sont bien les seuls…). L’architecture, quant à elle, est très « Japon médiéval » et si elle n’offre rien d’original, elle s’avère être le parfait théâtre pour cette aventure magique… Ensuite, ce sont les graphismes qui impressionnent, ou plutôt qui étonnent. En effet, les couleurs très vives de certains décors contrastent avec le côté très sombre du jeu. On a parfois l’impression d’être dans un film en noir et blanc dans lequel seules les couleurs vives seraient visibles. Et tout ceci est appuyé par une lumière vive et floue à la fois, un peu opaque, comme si le soleil peinait à se lever. Alors même si les graphismes ne sont pas révolutionnaires sur Xbox, tous ces éléments réunis apportent un cachet unique à ce jeu décidément hors du commun. Enfin, il ne faut pas oublier l’animation qui a elle aussi fait l’objet d’une attention toute particulière. En effet, même lorsque le nombre d’ennemis présent à l’écran est grand, la console ne bronche pas du tout, et ceci est d’autant plus étonnant que c’est souvent dans ces moments là que l’on lâche les pouvoirs magiques qui sont accompagnés de somptueux effets de lumière. L’attitude de Raikoh n’est pas en reste puisqu’il se déplace avec le style et n’a rien à envier à son grand frère Dante…

La musique tient elle aussi une part très importante dans le jeu puisqu’elle participe grandement au côté mystique de l’aventure. Les thèmes doux et mélancoliques contrastent avec la rapidité des combos, et l’ambiance apaisante qu’elle distille rend le jeu encore un peu plus étrange…



Beat them all + RPG = BTARPG ?

En plus d’être un excellent Beat them all, Otogi est aussi mâtiné d’un soupçon de RPG ! Au fil des niveaux vous gagnerez des points d’expérience et pourrez ainsi augmenter votre Level (31 maximum), mais ce n’est pas tout car votre progression débloquera aussi de nouvelles armes et sorts magiques ainsi que des accessoires tels que des amulettes de protection. Toutes ces nouvelles choses seront disponibles dans le « Shop » d’ Otogi où vous pourrez dépenser l’argent durement gagné au fil des niveaux ! Il vous sera également possible de revendre ou de réparer vos objets. Sachez enfin que les nouvelles épées ne sont pas juste là pour faire joli mais bel et bien pour vous aider dans votre progression car leurs caractéristiques (attaque, défense, magie) seront plus ou moins différentes. Et au regard de la grande difficulté du jeu (surtout dans les niveaux avancés et contre les boss), il sera primordial de bien dépenser vos deniers.

Otogi n’est donc pas un Beat them all comme les autres. Et vous êtes bien loin de vos surprises car pour rompre la monotonie (qui s’installe très vite dans Dynasty Warrior par exemple…), vous devrez parfois faire attention à des facteurs extérieurs au combat. Je pense particulièrement au septième niveau dans lequel vous êtes sur un bateau qui menace de couler à chaque instant si vous ne vous débarrassez pas des fameux blobs dont je vous ai parlé plus haut, vous devez le maintenir hors de l’eau jusqu’au boss final. L’eau étant une sorte d’éponge à magie, si vous coulez c’est la mort ! Pour finir ce test élogieux, sachez que lorsque vous revisiterez les anciens niveaux, vous pourrez le faire dans l’état dans lequel vous les avez laissé ou bien remis à neuf pour améliorer vos scores, une idée plutôt sympathique…




Vous l’aurez compris en lisant ces quelques lignes, Otogi est un bon jeu, même un très bon jeu. Il fait partie de ces titres typiquement japonais que l’on aimerait voir débarquer plus souvent sur le vieux continent. Mais s’il m’a énormément plu, il faut avouer que cela reste quand même dans le principe un jeu assez répétitif et très difficile. Pour certains ce seront de trop gros défauts, et les allergiques au Beat Them All ne changeront sûrement pas d’avis avec ce jeu, mais il faut avouer que Fromsoftware a réussi là où bon nombre de développeurs ont échoués… Le beat them all serait-il en train de renaître ?

+

    -

      • C'est beau, c'est classe, c'est pur...
      • Bien bourrine comme on aime, du Beat them all pur et dur!
      • Le jeu est difficile et vous devrez recommencer certaines missions un bon nombre de fois avant de les réussir, et il y en a beaucoup...
      • Toute aussi mystique que le reste elle délectera vos oreilles en douceur et vous portera vers des mondes encores inconnus...
      • Une base scénaristique intéressante comtée par une voix off emprunte de mystère...
      • From Software nous livre ici un bien beau Beat Them All matiné de RPG au design ''Segaesque'', jouable, long et tellement magique!
      • Ca bouge bien mais l'afluence d'ennemis donne parfois lieu à de légers ralentissements...