Jeux

Shovel Knight

Plate-formes | Développé par Yacht Club Games

10/10
One : 29 avril 2015
06.05 à 23h53 par - Rédacteur en Chef

Test : Shovel Knight sur Xbox One

En 2013, Shovel Knight terminait sa campagne Kickstarter avec plus de quatre fois la somme nécessaire à son développement. Véritable succès avant même sa sortie, le titre du studio indépendant californien Yacht Club Games a alors écumé tous les supports pour finalement atterrir sur Xbox One pour le plus grand bonheur de Microsoft. Et des joueurs ?

En plein dans la tendance pixel art et retro-gaming, Shovel Knight débarque sur Xbox One avec un succès critique et commercial déjà acquis depuis belle lurette. Pas de surprises ici, cette version dédiée à la dernière née de chez Microsoft conserve l’intégralité de la version d’origine à savoir son design 8bits et ses multiples inspirations tirées de jeux vidéo des années 80. Cette profonde nostalgie des développeurs envers cette époque se retrouve d’ailleurs jusque dans le scénario du titre, basique à souhait. Vous incarnez donc Shovel Knight, ou le chevalier à la pelle, qui part secourir sa compagne Shield Knight, enlevée par l’abominable Enchanteresse.

shovel8

A mi-chemin entre The Adventure of Link, DuckTales et la saga Megaman, le titre vous propose de parcourir une dizaine de niveaux plutôt corsés – parsemés de plusieurs checkpoints néanmoins – pour terminer avec l’affrontement d’un boss. Disposant d’un level-design suffisamment travaillé pour que le joueur ne ressente aucune redondance tout au long de son aventure, Shovel Knight vous oblige à passer par plusieurs phases d’apprentissage avant d’espérer arriver à le maîtriser. Certaines bonnes planques, ainsi qu’un détour par le village du coin permet toutefois d’améliorer son chevalier afin qu’il dispose d’un meilleur bagage pour venir à bout d’un niveau ou d’un boss trop récalcitrant.

« Dans l’ensemble, et mise à part quelques légères imprécisions, on prend plaisir à enchainer les niveaux, et les boss, avec cette sensation toujours grisante de progresser sur la carte du monde »

Quelques quêtes annexes s’ajoutent ici et là afin d’augmenter sensiblement la durée de vie un poil légère, même s’il s’agit là d’un élément inhérent au genre. Dans l’ensemble, et mise à part quelques légères imprécisions, on prend plaisir à enchainer les niveaux, et les boss, avec cette sensation toujours grisante de progresser sur la carte du monde. En mettant en scène un chevalier atypique qui se sert d’une pelle pour annihiler ses ennemis et récupérer des rubis enfouis, les développeurs ont souhaité jouer la carte de l’originalité en ne se contentant pas de reprendre des codes créés il y a plus de vingt ans. Il est également possible d’ajouter des artefacts dans son inventaire afin de diversifier un tantinet le gameplay et d’atteindre parfois des zones inaccessibles sans eux.

shovel9

Pour les plus acharnés, un new game + permet de recommencer le jeu dans une difficulté plus relevée avec l’avantage de récupérer tous les éléments acquis lors de la précédente partie. A noter également que la version Xbox One possède un niveau Battletoads exclusif qui permet de retrouver les trois grenouilles dans des joutes rappelant les versions 8bits (NES et Game Boy) de la licence développée par Rare au début des années 90. On regrettera par ailleurs qu’un tel ajout soit une plaie à trouver pour peu que l’on n’ait pas l’idée d’aller jeter un oeil sur la toile.

« Véritable barrage visuel et sonore pour une partie de la communauté de joueurs habituée aux ambiances toujours plus proches de la réalité, le titre de Yacht Club Games convaincra en revanche sans peine ceux qui regrettent les années où le pixel régnait en maître »

Du côté de la technique, comme pas mal de titres issus de la scène indépendante vidéoludique, Shovel Knight prend le parti de se mettre une partie des joueurs à dos avant même que ceux-ci ne prennent la manette en main. Véritable barrage visuel et sonore pour une partie de la communauté de joueurs habituée aux ambiances toujours plus proches de la réalité, le titre de Yacht Club Games convaincra en revanche sans peine ceux qui regrettent les années où le pixel régnait en maître. A cette époque où le FPS était un marché de niche et les jeux de plateformes abondaient pour finir par tous se ressembler. Tout l’inverse d’aujourd’hui finalement.

10/10
S'il était sorti il y a vingt-cinq ans, Shovel Knight se serait classé parmi les jeux incontournables aux côtés des plus grands succès de l'époque. Fortement inspiré de la série Megaman, le titre apporte de la fraîcheur dans un genre que l'on pensait rincé et essoré depuis des lustres. Comme toujours avec ce type de jeux, la patte 8bits constitue un frein évident pour toute une génération de joueurs allergiques aux vieilles consoles mais fera sans aucun doute le bonheur des autres, tout heureux de sentir leur fibre nostalgique titillée avec tant de talent.

+

  • Original malgré son design rétro
  • Difficulté relevée sans être frustrante
  • Très soigné pour du 8bits
  • Boss très sympas à jouer

-

    • Précision du gameplay perfectible
    • Compliqué de trouver les Battletoads sans soluce