Jeux

Tomb Raider Anniversary

Action/Aventure | Edité par Eidos Interactive | Développé par Crystal Dynamics

4/5
360 : 26 octobre 2007
08.11 à 13h08 par |Source : http://xbox-mag.net/

Test : Tomb Raider Anniversary sur Xbox 360

1996. Une année qui a marqué l’histoire du jeu vidéo. En effet, une bombe débarquait alors sur les plateformes reines de l’époque, à savoir la Saturn, la Playstation, et le PC, pour le plus grand plaisir des joueurs. Son nom ? Lara Croft. Non pardon, Tomb Raider. Quoique, à l’heure où les jeux vidéos proposaient des héros toujours plus musculeux et vindicatifs, Core Design avait eu l’audace de proposer au joueur d’incarner une héroïne sexy en diable, armée jusqu’aux dents et prête à en découdre avec tout ce qui se présentait sur son chemin. Quitte à passer des heures sur un jeu, autant le faire en charmante compagnie... Une décennie plus tard, Lara nous revient plus en forme(s) que jamais, toujours armée de diverses pétoires, dans un épisode tout à la fois empreint de nostalgie et solidement ancré dans le présent.

Happy birthday Lara…

En découvrant Tomb Raider Anniversary, la première chose qui vient à l’esprit est « Houlà, un remake… ». Ah oui, mais pas n’importe quel remake ! Celui du premier épisode (le meilleur, diront certains), et, qui plus est, réalisé par l’équipe de Crystal Dynamics, ceux-là même qui ont su donner un nouveau souffle à une série qui en manquaitcruellement, en sortant l’année dernière le très bon Legend, qui proposait alors un gameplay aux petits oignons, des graphismestravaillés et un scénario qui nous permettait de découvrir le passé de l’héroïne la plus emblématique du jeu vidéo.

Les fans de la première heure reconnaîtront sans problème les environnements qui sont proposés dans cet opus, avec toutefois quelques bémols. Afin de coller au gameplay repris du précédent épisode, les développeurs ont pris le parti de modifier un peu l’agencement général des niveaux et surtout leur taille. Mais l’essentiel est préservé, l’ensemble est cohérent et propose un challenge relevé. L’immensité des environnements, la profondeur de champ, tout ça ajouté au soin apporté aux décors (nous y reviendrons un peu plus tard) et à la facilité avec laquelle on dirige désormais Lara, font que l’immersion est rapide et l’action prenante. Mention spéciale pour les musiques, toujours sublimes depuis le premier volet de la saga, tout en sachant rester discrètes ou au contraire renforçant une séquence particulièrement importante.

What’s new, pussycat ?

Toutefois, même s’il en reprend les meilleurs ingrédients, Tomb Raider Anniversary nous offre un challenge bien différent de son grand frère Legend. Là où ce dernier proposait de l’action trépidante et une quantité impressionnante de cadavres laissés derrière l’héroïne, notre petit nouveau fait la part belle à l’exploration, revenant ainsi aux origines de la saga et respectant ainsi d’autant mieux son illustre modèle. Peu de bestioles à flinguer, mais une séance de torture pour les méninges tout au long des quatre environnements proposés. Si ce chiffre peut paraître faible, il est bon de préciser que la durée de vie ne s’en ressent pas trop, puisque c’est une quinzaine d’heures qui vous attendent pour en venir à bout. Bien entendu, les éléments devenus presque mythiques du premier volet ont été conservés, et les retrouvailles mouvementées avec l’ami tyrannosaure (promu Boss de fin de niveau) vous feront sûrement transpirer quelques minutes. C’est à ce moment que l’on notera l’utilité du mode bullet time (inauguré dans le précédent volet), permettant de ralentir l’action durant quelques secondes alors qu’un ennemi vous charge afin de tenter un tir fatal pour mettre fin au combat.

Inauguré lui aussi dans Legend, le moteur graphique de Crystal Dynamics est de nouveau de la partie. Bien que n’exploitant pas à fond les capacités de la console, il remplit pourtant largement son contrat en proposant des environnements riches, variés, et superbement éclairés. C’est là un gros point fort du jeu : qu’il s’agisse de la lumière crue et aveuglante de l’Egypte ou des percées du soleil dans le jungle du Pérou, la gestion de l’éclairage est optimale et met parfaitement en valeur les décors. Dans le même ordre d’idée, alors que le premier Tomb Raider proposait un brouillard pour limiter le champ de vision lors des passages en extérieurs, renforçant ainsi l’aspect découverte, nous avons ici une profondeur de champ impressionnante, qui permet de se rendre compte de ce qui nous attend et d’observer à l’avance le parcours pour la suite du niveau. On perd un peu en surprise ce qu’on gagne en réflexion et en anticipation. Attention toutefois, tout n’est pas forcément tel qu’on pourrait le croire, et certains passages torturés seront susceptibles de vous faire enrager, tant le timing demandé peut être précis. Rattrapages en catastrophe ou grappin salvateur selon la situation, Lara est néanmoins toujours capable du meilleur, aidée en cela par vos mains expertes, votre œil de lynx et vos réflexes affûtés.

Poupée gonflante

Même si le travail de Crystal Dynamics rend un vibrant hommage au Tomb Raider original, tout en y apportant la maniabilité qui lui faisait parfois défaut et des graphismes plaisants, tout n’y est pas aussi parfait que la plastique de miss Croft.

Tout d’abord, comme on l’a dit plus haut, la console semble parfois sous-exploitée, surtout en regardant de près certaines textures. La mousse sur les rochers, les branches qui y courent ou d’autres détails font parfois toc et détonnent si on les compare, par exemple, aux superbes fresques égyptiennes.

De même, ces si beaux effets de lumières, renforcés par quelques effets de particules en suspension, ont une fâcheuse tendance à provoquer d’inexplicables et surtout inexcusables chutes de framerate. Certes, ça ne dure pas longtemps, mais ça fait quand même désordre sur une machine aussi puissante que la 360. Les scènes cinématiques sont elles aussi un peu décevantes, et si on les compare à Tomb Raider Legend, on remarque surtout que les personnages sont moins travaillés. Dommage, surtout que la cinématique qui se lance après quelques instants d’inactivité sur l’écran d’accueil est, quant à elle, très réussie.

Enfin, au chapitre des bugs et autres joyeusetés, notons les habituels problèmes de caméra. Tantôt mal placée, tantôt changeant d’angle et faussant ainsi bien involontairement les contrôles, la vue pose problème, comme dans beaucoup de titres du genre. Pour finir, l’intelligence artificielle du bestiaire mérite une mention spéciale pour… son manque d’intelligence, justement. Incapables de sauter une marche, parfois bloqués derrière un rocher ou restant immobiles face à vos assauts, les ennemis n’opposent pas de grande résistance, hormis les quelques boss disséminés çà et là.

Alors, réussi ou pas, cette fête d'anniversaire ? C’est vrai, on y décèle pas mal d’impairs, habituels pour certains, frustrants pour d’autres, mais cet épisode s’en sort globalement avec les honneurs. Tout d’abord, le gameplay tout neuf de Legend rend l’aventure encore plus palpitante qu’à l’époque. Les graphismes, certes perfectibles, subliment le travail original de Core Design. Enfin, la durée de vie s’allonge pour redevenir digne des aventures de Lara Croft. Tout ça à petit prix, ce qui ne gâche rien.

+

  • Bonus intéressants (commentaires, photos de comparaison Original/Anniversary)
  • Petit prix
  • Variété et qualité visuelle des environnements
  • Durée de vie
  • Gameplay tip top
  • Le premier opus, en mieux

-

    • IA au raz des pâquerettes
    • Caméra fofolle
    • Chûtes de framerate, textures moyennes : bilan technique contrasté
    • Difficulté parfois rebutante