News

26.11.2005 à 02h13 par |Source : GamesIndutry

Ubisoft, la suite de l’épopée

&"Non ! Ubisoft n'est pas à vendre !" clâme haut et fort Yves Guillemot. Depuis le temps qu'on vous en parle, la situation a clairement stagné entre l'éditeur français et Electronic Arts, fortement pressenti pour en faire l'acquisition il y a quelques mois. Et c'est là qu'en bon franchouillard, on est censé balancer un "cocorico" aussi kitsch que kitsch.

"Non ! Ubisoft n’est pas à vendre !" clâme haut et fort Yves Guillemot. Depuis le temps qu’on vous en parle, la situation a clairement stagné entre l’éditeur français et Electronic Arts, fortement pressenti pour en faire l’acquisition il y a quelques mois. Et c’est là qu’en bon franchouillard, on est censé balancer un "cocorico" aussi kitsch que kitsch.

Oui, Nintendogs s’est bien vendu en l’espace de quelques semaines à plus d’un million d’exemplaires en Europe. Mais ce n’est vraiment pas le sujet qui nous intéresse ici, puisqu’on remue un peu la tourbe où s’étaient enfoncés Ubi et EA, les frères ennemis du développement vidéoludique. On a enfin des nouvelles !

Yves Guillemot, président d’Ubisoft, déclare avec aplomb que son entreprise n’est pas à vendre. Cela ne fait que confirmer l’évidence, vu l’acharnement avec lequel la firme française s’est efforcée d’échapper aux griffes d’Electronic Arts ces derniers mois.

L’éventualité d’une OPA hostile (papa a dit que c’est une prise de contrôle sans que les messieurs y soient d’accord)n’est cependant toujours pasécartée.

"Nous pensons qu’il est dans l’intérêt d’EA de laisser à Ubi sonindépendance et de nous permettre de continuer à grandir." a déclaré notre Yves national. Rappelons que le groupe américaindétient d’ores et déjà des parts dans le capitaldu développeur phare de l’Hexagone. Les relations entre les deux géants, tendues au départ, se sont normalisées.

Pour Guillemot, il appartient de préparer l’avenir, et des alliances ou acquisitions futuresne sont pas à exclure. L’actualité récente fait echo de cette volonté, puisqu’un accord – dont nous vousparlions il y a quelques jours -vientd’être passé entre Ubi et Free Radical Design (TimeSplitters). De cette union naîtra un jeu d’action inédit.

  • 26.11 à 04:46

    Stop aux rachats des studios, l’indépendance ca a du bon!
    La concurrence est un facteur de pression, ca les oblige à nous pondre de bons jeux pour sortir du lot(soit pas la qualité, soit par l’inovation, soit par la créativité,etc…)

  • 26.11 à 03:46

    Non, ce ne sera pas la fin, au contraire, si EA rachète US, tu es sûr d’avoir un jour un BGE6 ou un Rayman Underground.

    au cas où, tu auras compris que c’était de l’ironie. maintenant il ne faut pas être si pessimiste, il y a quand même des bons JV au-dela des productions d’US.

  • 26.11 à 12:46

    [quote="F#A#":2odb95py]Oui Ubi c’est les seuls qu’ils nous restent … (nan je considère pas Info/Atari comme une référence ^^)[/quote:2odb95py]

    Et quantic dream alors ?
    Farhenheit et The nomad Soul c’est de la gnognote ? :mrgreen:

    Sérieux si EA rachète ubi soft j’arrête définitivement les jeux vidéo, parce que ce sera de toute façon la fin…

  • 26.11 à 08:49

    Je crains que cette phrase n’ait pour but que de faire monter les enchères…

  • 26.11 à 08:35

    Moué enfin on dirait que Guillemot s’en fout un peu de son entreprise…

  • 26.11 à 03:21

    Oui Ubi c’est les seuls qu’ils nous restent … (nan je considère pas Info/Atari comme une référence ^^)

  • 26.11 à 01:41

    [quote:1upww57d]Et c’est là qu’en bon franchouillard, on est censé balancer un «cocorico» aussi kitsch que kitsch.[/quote:1upww57d]

    Bah moi je vais quand même le balancer pour la peine et en guise de soutient…

    hum hum…

    Cocoricooooooooooooooo!!! :D

On en parle aussi

Planning

+