23.04.2009 à 09h49 par |Source : Rédaction

Crystal defenders

Alors que ce genre de jeu pullule sur internet, souvent sous forme de jeux Flash, le concept de Tower Defense s’est fait plutôt discret sur nos consoles. Adaptation d’un succès de la téléphonie mobile, Crystal defenders est aussi l’occasion de mixer un concept simple et addictif avec une franchise connue (en l’occurrence ici, celle de Final Fantasy). Reste à voir si la recette est digne de la gastronomie, ou plutôt de l’indigestion.





Qu’ils y viennent

Reprenant l’univers Féérique de la franchise des Final fantasy, et plus particulièrement le monde d’Ivalice (utilisé par exemple dans Final fantasy tactics ou Final fantasy XII), on pourrait craindre que Crystal defenders ne soit qu’un énième clone raté du genre s’appuyant sur son univers pour vendre. Il n’en est rien, et les bases du jeu sont aussi simples qu’efficaces. Pour commencer rappelons le concept du Tower defense.



Chaque carte du jeu propose une ou plusieurs routes que des vagues successives de monstres vont arpenter. Avant chacune des vagues (et même pendant), le joueur devra étudier le terrain et positionner au mieux des unités qui devront défendre la route pour empêcher les monstres d’arriver à la fin de celle-ci. Chaque fois qu’une créature réussira à passer, elle volera quelques cristaux dans la maigre réserve du joueur. Lorsque cette dernière sera vide, ce sera le Game over. Bien entendu, chaque créature dispose de ses forces et faiblesses, et il faudra faire en sorte de choisir au mieux ses unités en fonction de ses adversaires. De plus, le joueur devra faire tout au long de la partie des choix cruciaux, comme de savoir s’il vaux mieux améliorer une unité déjà en place ou en ajouter une nouvelle. Le jeu est particulièrement retord et ne laissera aucune place à l’erreur. Tout est ici question d’optimisation des troupes et de l’espace. Chaque pièce d’or dépensée en trop pourra faire pencher la balance en votre défaveur. Pour progresser dans le jeu, il faudra souvent échouer et apprendre de ses erreurs.

Le nombre d’unités disponibles est suffisamment conséquent pour permettre un certain nombre de stratégies différentes et des possibilités variées. Il ne reste alors plus qu’à trouver lesquelles sont les plus efficaces.


Dehors les monstres

Séparé en trois parties distinctes (W1, W2 W3), Crystal defenders proposera en tout et pour tout 12 cartes différentes (en vérité 6 cartes et 6 variantes). Le W1 (pour Wave 1) servira de tutorial de base en ne proposant que des unités simples. Les W2 et W3 permettront aux habitués de s’essayer à des stratégies plus complexes avec un plus grand nombre d’unités et l’arrivée de Cristaux permettant de booster les caractéristiques des unités alentours.


Le concept est clairement répétitif, mais diablement addictif si on se laisse prendre au jeu de l’optimisation. Il faudra cependant passer par maintes phases de frustration quand on s’aperçoit que notre stratégie (qui marche durant un certain nombre de vagues) s’écroule soudain à l’apparition d’un ennemi spécifique. Dans ce cas, pour limiter les dégâts, le joueur peut alors tenter d’invoquer l’une des deux divinités de la carte, ce qui aura des effets bénéfiques divers (blesser tous les ennemis, accélérer les unités, ralentir les ennemis).

Malheureusement tout n’est pas si simple, et cette action coûtera quelques précieux cristaux. En fait, le principal reproche que l’on peux faire au jeu sera de ne pas mixer assez souvent différents ennemis au cours d’une même vague. Rien de bien méchant, somme toute. Si sur le fond, le jeu est solide, la forme l’est tout autant, avec des musiques de grande qualité (dignes de la franchise) et une réalisation graphique simple, mais réussie. On pourra cependant regretter une animation plutôt sommaire. Enfin petite parenthèse sur les points de succès qui seront difficiles à obtenir, et que seuls les plus têtus arriveront à débloquer.

  • 01.05 à 09:31

    Oui, on est d’accord, on passe dès la seconde carte de W1 a une map à bifurcation. De même si je me souviens bien, les cartes de W3 sont toutes à embranchement, c’est dommage. J’ai bouclé W1 et quelques cartes de W2, je compte m’attaquer à W3, mais chaud chaud.

  • 30.04 à 08:12

    disons que le probleme provient plutot du manque de progression de la difficulté.

    J’aurais préféré des premieres cartes plus simple quitte a laisser les suivantes comme elles sont

  • 29.04 à 04:43

    Je suis d’accord avec le test, bien que la progression par l’échec et la difficulté ne soient pas de mon avis des obstacles. Ce sont au contraire une force : pour avoir fait plusieurs Tower Defense, la facilité dans ces types de jeux ruine complètement l’intérêt du titre. Avec Crystal Defenders, il faut peaufiner sa stratégie partie après partie, trouver les bons emplacements pour ses unités sur les cartes, régler le level-up et appréhender les prochaines vagues. Comme le dit le test, c’est vraiment addictif, je me suis en tout cas énormément pris au jeu. Une bonne surprise de la part de Square Enix.

Actu 24/24

+

On en parle aussi

Planning

+