1st Look

10.06 à 13h43 par |Source : Rédaction

1st Look E3 2012 > Gears of War : Judgment

On croyait ne pas revoir la licence phare de Microsoft de si tôt. Et pourtant. Cet E3 2012 a donc été l’occasion de dévoiler Gears of War Judgment, une préquelle prenant place avant les aventures musclées de Marcus et Dom. Et si le titre n’est pas prévu avant l’année prochaine, nous avons eu la chance de pouvoir nous entretenir avec ses développeurs et d’en apprendre un peu plus sur ce qui s’annonce déjà comme l'un des blockbusters de 2013.

Une jeunesse insolente

L’idée de réaliser une préquelle à Gears of War ne date pas d’hier et est même réclamée par les fans depuis quelque temps déjà. Ce n’était donc qu’une question de temps afin que nous, joueurs, en voyons la couleur. Développé par People Can Fly (PainKiller, Bulletstorm et désormais appartenant à Epic), le titre se déroule quinze ans avant les événements du premier GoW, et seulement trois semaines après l’E-Day, soit l’invasion locuste. A la question des évènements de la guerre pendulaire comme guise de préquelle, les développeurs nous ont répondu qu’un Gears of War sans locuste, ce n’était plus vraiment un Gears of War. Et puis c’est pas comme si les surprises ne manquaient pas dans ce nouvel opus. On assistera donc à la chute de Baird et Cole, beaucoup plus jeune pour l’occasion, et dont l’insolence et la fougue semblent déborder. Ce que la bande-annonce vous a dévoilé, à savoir le procès de ces derniers, se révèle être un moment assez avancé dans le jeu puisque durant toute la campagne ce sont des flashbacks précédent cet évènement que vous jouerez jusqu’au dénouement final.

Mais ce GoW Judgment est essentiellement centré sur le challenge grâce au nouveau système S3 (Smart Spawn System). Ainsi, si vous mourez entre deux checkpoints et pensez ne pas refaire la même erreur lors de votre second essai, détrompez-vous. La vague d’ennemis ayant causé votre mort ne sera peut-être pas au même endroit. Peut-être même que cette fois-ci, ils seront en plus grand nombre, peut-être que non. Et ceci n’est qu’un exemple, puisqu’à chaque nouvel essai vous êtes censé vivre une expérience différente. Et lorsque les développeurs nous avouent que vous mourrez beaucoup plus qu’auparavant, c’est une nouvelle feature que l’on accueille les bras ouverts. De manière plus générale, votre progression sur chaque niveau sera analysée. Si vous vous en êtes sorti la tronçonneuse dans le nez lors de votre premier essai, attendez vous à en baver lorsque vous y retournerez. Plus de challenge donc, pour un Gears of War qui se veut plus difficile sans toutefois tomber dans la facilité en trichant sur la difficulté. De même, vous débloquerez aussi de nouveaux scénarii qui vous inviteront à revenir plus souvent sur des missions précédentes, comme un nombre de munitions limité pour l’occasion etc… Tout ceci devrait donc encourager les joueurs à revenir de plus en plus sur le jeu, grâce à un replay value qui promet d’être au rendez-vous et surtout, proposer une expérience unique à chaque partie.


People Can Fly a également insisté sur le fait de mettre la peur des locustes sur le devant de la scène pour que le joueur craigne vraiment cet ennemi encore inconnu et dont l’attaque reste une totale surprise. Le storytelling est aussi au coeur des intérêts du studio qui semble chercher une nouvelle approche pour narrer au mieux les mésaventures de Baird et son équipe. Et si on n’en saura pas plus pour le moment, on a tout simplement hâte d’en découvrir davantage sur cette campagne qui promet d’être grandiose, avec un gameplay encore plus instinctif et rapide qu’il nous tarde d’essayer.

Plus on est de fous, plus on découpe

Mais que serait un Gears of War sans ses plaisirs à plusieurs ? On se le demande. Le voile a donc été levé sur le nouveau mode OverRun, qu’on a pu voir en action à contrario du solo. Basé sur le principe d’un attaque/défense (les humains doivent défendre un générateur, les locustes le détruire), il vous sera possible pour la toute première fois dans la franchise de choisir vos classes. Ainsi, l’ingénieur pourra déployer des tourelles de défense et les réparer (attention toutefois, car une fois détruites, elles le seront pour de bon), le soldat pourra quant à lui donner des munitions à ses coéquipiers, la classe médecin permettra de jeter une grenade à gaz qui soignera instantanément son équipe tout comme ramener à la vie ceux qui sont tombés au combat. Le sniper, quant à lui, pourra identifier la position des locustes et ce même à travers les murs.


Quid des méchants dans tout ça ? Et bien à chaque fois que vous ferez des dégâts avec vos criquets belliqueux, vous obtiendrez des points vous permettant d’utiliser de plus puissants locustes. Que ce soit les thickers, de véritables bombes sur pattes, ou bien les grenadiers qui comme leur nom l’indique vous permettront de faire de gros dégâts, il y en aura pour tout le monde puisque quasiment tout le casting locuste est présent. Même le mauler est de la partie, avec son imposant bouclier qu’il sera possible de faire tournoyer, ce qui renverra les balles adverses et découpera ceux qui vous colleront d’un peu trop près. Tout dans la finesse, comme toujours. Un mode qui promet donc de grosses doses de fun et requiert un certain travail d’équipe si vous espérez remporter la partie.

http://www.dailymotion.com/video/xrbeqw

Bien qu’au final nous n’ayons pas vu grand chose de ce Gears of War Judgment, difficile de ne pas être emballé par le postulat de base. La campagne promet déjà beaucoup, et on est plus qu’impatient de découvrir Baird et Cole dans leur jeunesse ainsi que le pétrin dans lequel ils se sont fourrés. L'expérience en ligne quant à elle ne cesse de s’enrichir, et ce n’est pas pour nous déplaire. Le rendez-vous est pris pour début 2013.