Jeux

Phoenix Wright: Ace Attorney Trilogy

Aventure | Edité par Capcom | Développé par Capcom

3/5
One : 09 avril 2019
09.04 à 10h46 par - Rédacteur

Test : Phoenix Wright: Ace Attorney Trilogy sur Xbox One

Recel de bonnes idées

Sorti sous le nom de Gyakuten Saiban en exclusivité au Japon et sur Game Boy Advance dans un premier temps, il aura fallu attendre l'énorme succès de la Nintendo DS pour voir la franchise Ace Attorney et son héros Phoenix Wright obtenir une renommée mondiale. Disposant de mécaniques de gameplay traditionnelles et originales à la fois, voilà que les joueurs Xbox peuvent enfin s'adonner aux joies de devenir un ténor du barreau.

Capcom n’en finit plus de nous remettre au goût du jour d’anciens jeux de son catalogue plutôt bien fourni. Car il faut dire que les multiples portages et remake réalisés par l’éditeur japonais, notamment sur la franchise Resident Evil, continuent de séduire le public qui n’a pas toujours eu la chance de s’attaquer à des titres cultes en temps et en heure. Après Onimusha en début d’année, voici venir le deuxième portage de l’année à destination de la Xbox One en la personne de Ace Attorney Trilogy. Sortis en premier lieu sur Game Boy Advance entre 2001 et 2005, les trois premiers jeux de la franchise imaginée par Shu Takumi avaient déjà été compilés par le passé pour arriver sur mobile en 2013. C’est cette version qui voit aujourd’hui le jour sur consoles de salon.

7c2f618b1aa8f26fa6f2764d23a051fd1551301434_full

Et il faut dire que l’adaptation en prend logiquement un coup sur grand écran. Avec son interface austère et ses bruitages qui obligent à crier «au secours» très rapidement, on a vite fait de se rendre dans les options afin d’effectuer quelques réglages simples mais qui permettent néanmoins de ne pas éteindre sa console dans la seconde.Car il serait vraiment dommage de s’arrêter à ces éléments qui nous renvoient au début des années 2000 et qu’il devient difficile de tolérer désormais, car la force de Ace Attorney se situe bien évidemment à un autre niveau. Dans la peau de Phoenix Wright, un jeu diplômé de l’école de droit, vous allez faire vos premiers pas au barreau, du côté de la défense. Pour cela, nous vous conseillons fortement de débuter par le premier Ace Attorney, car en plus de disposer d’un tutorial expliquant rapidement votre (petite) marge de manoeuvre en tant qu’avocat, le scénario dispose d’une réelle continuité.

Composés de quatre à cinq cas chacun, les jeux enchaînent les affaires et leur apportent du lien pour finalement avoir une véritable histoire embarquant le joueur sur toute la durée d’un seul titre. Mieux encore, les jeux suivants usent de caméos pour offrir aux joueurs un véritable univers, très riche et peuplé de personnages ultra caricaturaux qui présentent l’avantage d’être identifiables très rapidement. Sans dévoiler les affaires dans le détail, sachez simplement que l’écriture offre de multiples rebondissements, souvent loin d’être prévisibles, et procure ainsi une expérience ludique réellement unique, avec une excellente durée de vie qui plus est. Comptez une dizaine d’heures par jeu, soit une bonne trentaine d’heures pour voir le bout de cette première trilogie.

PWAAT_HD_9

Côté gameplay, le titre alterne deux phases principales à savoir l’investigation et le tribunal. A l’instar d’un point’n'click tout ce qu’il y a de plus classique, il faut donc se rendre dans divers lieux pour y trouver des indices, et surtout des preuves de l’innocence de votre client. Il est également nécessaire d’interroger des personnes ou de leur présenter des objets afin de faire évoluer les dialogues dans le bon sens et ainsi avancer vers le procès sereinement. Sans être très difficile, il arrive parfois qu’il faille étaler l’intégralité des preuves en notre possession à un personnage afin de débloquer le dialogue qui fera progresser l’histoire. Des impasses qui obligent à se déplacer d’un lieu à un autre pour être certain de n’avoir rien oublié, et qui rappelle à quel point les déplacements sont très peu ergonomiques.

Lorsque tous les témoignages et toutes les preuves qu’il est possible de réunir sont en votre possession, le jeu vous installe alors du côté de la défense. S’en suit une phase plus proche des visual-novel, avec des joutes verbales engagées avec le procureur et le juge. Ces deux personnages centraux vous obligent bien souvent à faire des choix dans vos dialogues, tandis que les témoins qui défilent à la barre font l’objet d’un contre-interrogatoire que vous devez mener. Il est alors possible de pousser le témoin à détailler sa version des faits afin de l’obliger à entrer en contradiction avec une de vos preuves, qu’il vous faudra alors présenter au juge. A grands renforts de «Objections», de «Hold It» et de «Take That», Phoenix Wright va alors pouvoir avancer des arguments qui prouveront à terme l’innocence de son client. Ces phases de procès sont vraiment grisantes et très bien rythmées et contrastent généralement avec les phases d’investigations plus posées et parfois un peu longues. On notera notamment l’utilisation parfaite des différents thèmes du jeu qui apportent un véritable suspense, et parfois même quelques ascenseurs émotionnels aux déroulements des procès.

On terminera en précisant qu’actuellement cette trilogie est entièrement en anglais (malgré le fait que le premier épisode était traduit en français sur Nintendo DS) mais qu’un patch viendra ajouter la langue de Molière dès cet été.

3/5
Avec plus de quinze années de bons et loyaux services, Phoenix Wright accuse forcément un peu le coup lorsqu'il s'agit de le comparer techniquement à ce qui se fait aujourd'hui en terme de point'n click. Malgré tout, ses mécaniques de jeux ne vieillissent pas et offrent tout simplement un condensé d'expérience vidéoludique inédite à ceux qui n'ont jamais mis la main sur la franchise. On espère désormais que Capcom prendra ses responsabilités pour nous concocter une seconde compilation avec les aventures d'Apollo Justice et de Great Ace Attorney.

+

  • Très très bien écrit
  • Durée de vie énorme
  • Thèmes musicaux cultes
  • Phases de procès jouissives
  • Des rebondissements de fou

-

    • Interface austère
    • Bruitages d'un autre temps
    • Déplacements peu ergonomiques
    • Vivement la traduction en français
  • 10.04 à 11:19

    Confirmé pour Août les sous-titres fr, ça fait loin. :(

  • 09.04 à 02:25

    Merci pour le test ! J’ai hâte de voir le patch FR débarquer :D