Jeux

Beyond Blue

Aventure narrative | Edité par E-Line Media | Développé par E-Line Media

4/5
One : 08 juin 2020
17.06 à 13h32 par - Rédacteur

Test : Beyond Blue sur Xbox One

Jacques-Yves Cousteau réincarné

Cette génération de consoles aura finalement vu le retour des jeux orientés vers l'exploration sous-marine avec le monde ouvert de Subnautica et le scénario en ligne droite d'Abzu. Avec Beyond Blue on oublie le côté fantastique de ces deux titres pour plonger dans un univers baigné réalisme et de pédagogie rappelant la franchise Endless Ocean. Une volonté pas toujours évidente à transposer en jeu vidéo mais qui, dans le cas de Beyond Blue, dispose d'une approche intéressante qui pourrait en convaincre plus d'un.

On va le dire une bonne fois pour toute, Beyond Blue n’est pas un jeu comme on l’entend habituellement. Le titre ne propose aucun challenge et les mécaniques de gameplay sont simplistes au possible. Avec le titre d’E-Line Media il ne faut donc pas s’attendre à retrouver les sensations typiques d’un jeu vidéo traditionnel, ce qui ne l’empêche absolument pas de transmettre d’autres sentiments tout aussi agréables, à condition d’y être évidemment réceptif. Car son principal atout est de proposer un univers réaliste, secondé par un scénario qui envoie la plongeuse Miraï faire plusieurs plongées dans le but d’étudier les mammifères et les poissons qui peuplent l’océan. Pas de gros twists scénaristiques et les échanges avec la surface permettent simplement de donner un peu de consistance à l’ensemble et un background à l’héroïne pour faciliter un peu plus encore l’immersion.

EaWSmAcX0AASbEu

Composé de huit plongés, le scénario nous entraîne dans six environnements différents qui prennent la forme de maps plus ou moins petites. Entre les atolls, la pleine mer, et même la zone bathypélagique (la zone située après mille mètres de profondeur), le design général arrive à proposer un peu de diversité. Pour y évoluer, le joueur contrôle Miraï à la troisième personne. Cette dernière possède une tenue de plongée sans bouteilles, et dispose de très peu d’accessoires pour un gameplay finalement limité à la nage et au scan des diverses espèces. Il faut dire que Beyond Blue s’apparente véritablement à une promenade sous-marine durant quelques heures, laissant le choix de se rendre à des points d’intérêt indiqués sur la map pour se contenter de suivre le scénario et ainsi passer d’une zone à l’autre, ou au contraire de fouiller de fond en comble chacune des maps pour remplir un véritable compendium dédié aux animaux rencontrés.

Plus d’animaux d’une même espèce sont scannés et plus cela débloque de connaissances et d’éléments pédagogiques autour de l’espèce en question. Au total c’est une petite cinquantaine de poissons et de mammifères qui sont référencés. Un nombre correct que l’on aurait toutefois voulu plus grand encore car on se prend très vite au jeu de l’apprentissage. C’est d’ailleurs le but premier de ce Beyond Blue : faire en sorte que le joueur ressorte avec de nouvelles connaissances. La présence d’une petite vingtaine de vidéos documentaires sur les recherches scientifiques autour de la mer et des fonds sous-marins, intégralement sous-titrées en français, va dans ce sens.  L’aide des documentaristes de Blue Planet II produit par la BBC aussi. Pour ceux qui iront un peu trop vite, la fin du jeu permet aussi de revenir dans les différentes zones explorées pour finir de scanner les dernières espèces qui auraient pu leur échapper. On note malheureusement quelques bugs sur le comptage des espèces qui peuvent amener à ne pas débloquer l’entièreté des informations autour des espèces concernées.

EaXOm9CUcAEHcDR

On termine avec l’ambiance générale qui est absolument extraordinaire. Tout est fait pour ressentir l’atmosphère pesante d’une plongée sous-marine et l’utilisation d’une installation 5.1 permet d’apprécier grandement la qualité des enregistrements audios des cachalots ou des dauphins par exemple. Les mouvements de la faune marine sont très travaillés et ainsi très réalistes avec quelques moments qui laissent réellement admiratifs, comme lorsqu’un immense banc de sardines argentées se transforme en buffet à volonté pour les orques. La volonté des développeurs de proposer un cachet tout à fait particulier au jeu va jusque dans les phases qui servent de transition entre les plongées. On retrouve ainsi Miraï dans son sous-marin avec une vraie impression de solitude à peine gommée par quelques échanges avec son équipe et sa famille restées à la surface. Une playlist musicale est d’ailleurs disponible durant ces phases avec un choix de morceaux absolument fantastique, qui colle parfaitement au reste.

4/5
Avec Beyond Blue il ne faut surtout pas s'attendre à une expérience vidéoludique traditionnelle. Le scénario n'est qu'un prétexte à nous embarquer dans une aventure vraiment pas comme les autres, avec une bonne dose de pédagogie et surtout une ambiance assez extraordinaire capable de nous plonger littéralement dans le calme et la somptuosité de ces fonds sous-marins. Bien loin d'une véritable séance de plongée, le titre parvient toutefois à s'approcher au plus près de ce qu'il est possible de faire avec les moyens offerts par le médium, sans oublier d'y apporter une bonne dose de pédagogie pour que le joueur remonte à la surface en ayant appris des choses intéressantes, parfois passionnantes.

+

  • Ambiance exceptionnelle
  • Véritable documentaire jouable
  • Côté collection bien amené
  • Différentes environnements
  • Playlist du sous-marin parfaite

-

    • Un peu trop court
    • Pas énormément d'espèces
    • Quelques défauts dans le sous-marin