Jeux

Guacamelee! 2

Action/Aventure | Edité par Drinkbox Studios | Développé par Drinkbox Studios

5/5
One : 18 janvier 2019
18.01 à 10h00 par - Rédacteur

Test : Guacamelee! 2 sur Xbox One

Chicken fun

Après un interlude nommé Severed, les développeurs canadiens de DrinkBox Studios replongent dans le folklore mexicain qui leur a valu une jolie renommée. Avec Guacamelee! 2, l'équipe basée à Toronto prend le risque de basculer vers du réchauffé sans saveur ou, au contraire, de nous servir un épisode encore plus abouti qui en ferait alors une franchise incontournable de cette génération de consoles. Autant dire dire tout de suite que la balance en faveur de la seconde proposition.

Voilà le retour du bon Juan, près de cinq ans après l’aventure originelle qui avait vu ce luchador de Pueblucho se défaire du maléfique Calaca pour sauver son pays. Histoire de nous remettre dans le bain rapidement, et permettre aux néophytes d’accrocher le wagon mexicain, le tutoriel reprend cette dernière scène, qui voyait donc Juan sauver sa dulcinée. Un passage qui se fait tout en douceur cette fois-ci puisque – pour des raisons évidentes – le niveau de difficulté s’adapte à ce qui ressemble plus à un bon vieux tutoriel qu’à un véritable boss de fin. Sept ans, un mariage et deux enfants plus tard, une nouvelle menace vient perturber le quotidien de notre héros qui enfilera une fois de plus son masque de luchador pour acquérir des pouvoirs indispensables au sauvetage du monde.

Car le principe de ce nouvel opus ne change pas réellement, ni dans ses mécaniques de gameplay, ni dans son scénario finalement. Cette fois-ci le grand méchant se nomme Salvador et son désir d’ouvrir un portail vers l’Otromundo risque de faire s’écrouler le Mexivers, comprenez le monde des vivants, le monde sombre (celui des morts) et quelques mondes parodiques de titres bien connus comme Limbo, Street Fighter ou GTA, dans lesquels les interactions sont toutefois bien minimes, pour ne pas dire inexistantes malheureusement. Juan va donc devoir récupérer des reliques pour éviter que cela ne se produise, et profitera de quelques twists scénaristiques pour varier sa quête.

guacamelee-2-screen-02-ps4-eu-05dec17

On le disait, du côté du gameplay on prend les mêmes et on recommence, ou presque, avec la nécessité d’obtenir divers pouvoirs de luchador afin d’ouvrir de nouveaux passages sur la carte, comme dans tout bon Metroidvania qui se respecte. On retrouve l’essentiel de la panoplie de pouvoirs découverte dans le premier épisode avec le Coup du Coq, le Saut de Cabri, le Coup de Boule, le Vol du Cabri et la Claque de Grenouille, tous capables de détruire des murs d’une certaine couleur, mais également de botter les fesses des nombreux ennemis (avec un bestiaire élargi par rapport au premier Guacamelee!) qui feront face à notre mexicain en slip de lutteur. Car le titre reprend également ses phases de beat’em all, notamment en arène, où Juan doit faire face à quelques vagues d’ennemis plus ou moins dangereux avant d’éclater la piñata de la victoire. Deux autres couleurs de blocs font leur apparition, et sont liées à la transformation de Juan en pollo, autrement dit en poulet hispanique. Une forme tout aussi combative que la forme de base, et parfois indispensable lorsque les ennemis disposent d’un bouclier de couleur qu’il faudra exploser avec l’attaque correspondante.

Plutôt que des donjons, le monde de ce Guacamelee! 2 est plutôt découpé en environnements, avec des boss jamais très compliqués à abattre et assez peu nombreux finalement. La complexité se trouve plutôt dans la capacité du joueur à enchaîner, notamment sur les phases de plateformes. Outre les sauts parfois au millimètre, il faudra là encore jouer à switcher entre le monde des morts et celui des vivants pour faire apparaître des plateformes ou faire disparaître des murs pour pouvoir progresser. Une mécanique de jeu qui demande beaucoup de coordination et qui se révèle parfois très ardue lorsque les développeurs ont décidé de relâcher leur sadisme sur le level-design. La joie se fait alors d’autant plus intense lorsqu’on parvient à franchir un passage ultra délicat, parfois après de nombreuses morts.

Guacamelee-2-Review-Shot-(18)

Pour nous aider, un arbre de compétences plutôt bien complet est également accessible. Il permet d’acheter, via les pièces à récupérer dans le jeu, des améliorations souvent aidantes. Ainsi, la santé et l’endurance de Juan, ses pouvoirs ou encore ceux de la forme pollo peuvent gagner en puissance au fur et à mesure que l’on avance dans le jeu. De même, les coffres éparpillés sur la carte permettent de récupérer des fragments de coeur et des fragments de crânes qui, une fois complets, augmentent les barres de santé et d’endurance du héros. La carte décrit assez bien les zones explorées et celles qui restent à voir en général, ce qui incite à finir le jeu à 100% et à débloquer les défis ultimes.

Sans surprise, pas de changement du côté de la direction artistique qui fonctionne toujours très bien. Le folklore mexicain est très bien retranscrit par le biais de l’univers et des musiques choisies. Les bugs sont aux abonnés absents et c’est tant mieux, tandis que les temps de chargement sont largement supportables. Un mode coopération jouable jusqu’à quatre en local est également de la partie pour multiplier le plaisir par autant de joueurs. On regrettera cependant qu’il faille acheter du contenu additionnel pour prolonger le plaisir, ce qui aurait aider à faire oublier que cette version Xbox One est bonne dernière dans l’ordre d’arrivée sur consoles de salon.

http://www.youtube.com/watch

5/5
Au-delà d'être un jeu bourré de qualités qui parvient à faire encore un peu plus fort que le premier épisode, Guacamelee! 2 s'inscrit désormais dans le paysage vidéoludique comme une référence, avec l'avantage de s'adresser à un public assez large. Les nouvelles aventures de Juan se dévorent au gré des améliorations, des donjons et des défaites, et laisseront forcément un excellent souvenir à ceux qui partiront à la rescousse du Mexivers, grâce à un humour omniprésent et une direction artistique toujours très bien maîtrisée.

+

  • Rythmé à la perfection
  • Gameplay précis, et donc irréprochable
  • Direction artistique impeccable
  • Phases de plateformes grisantes
  • Phases de beat'em all également
  • De l'humour efficace et bien dosé

-

    • Pas très long malheureusement
    • La carte easter-egg jouée avec retenue
    • Une version complète aurait été appréciée

Sur le même thème