Jeux

LEGO Worlds

| Edité par Warner Bros Interactive Entertainment | Développé par Traveller's Tales

2/5
One : 10 mars 2017
27.03 à 23h15 par - Rédacteur

Test : LEGO Worlds sur Xbox One

LEGO BOFF

Studio historique des franchises vidéoludiques LEGO, Traveller's Tale essaye de temps en temps de casser un peu la routine de sa recette à succès. Après LEGO City Undercover sorti sur les consoles Nintendo (et bientôt chez les autres), et LEGO Dimensions qui tentaient de réitérer le succès de Skylanders et Disney Infinity, les développeurs britanniques prouvent qu'ils peuvent s'aventurer en dehors de leur zone de confort. LEGO Worlds s'inscrit dans cette démarche, avec la ferme intention d'apporter un vent de fraîcheur aux joueurs.

Près de deux ans après le début de son accès anticipé réservé aux joueurs PC, LEGO Worlds investit le monde des consoles de salon dans une version définitive. A mi-chemin entre les interfaces open-world des derniers épisodes vidéoludiques de la franchise LEGO et le toujours très en vogue Minecraft, le titre imaginé au sein du studio Traveller’s Tale cherche clairement à diversifier l’offre faite autour des briques danoises. Un concept qui s’y prête particulièrement bien sur le papier tant l’univers se révèle fourni, avec des possibilités que l’on imagine presque infinies.

LEGO-Worlds-bulldozer

C’est donc par le biais d’un tutoriel géant que le titre nous entraine dans cette «aventure» qui n’en est pas vraiment une. Sous couvert d’un micro-scénario totalement dispensable, le joueur est amené à parcourir différentes planètes dans le but de récupérer les fameuses briques dorées communes à tous les jeux de la série. Jusque là, tout va bien. Le jeu nous guide juste ce qu’il faut, notamment vers la récupération d’outils de modelage, indispensables pour manipuler à sa guise l’environnement. Le didacticiel nous apprend le fonctionnement de base de ceux-ci, laissant ainsi le joueur construire, détruire, niveler le terrain, peinturlurer, ajouter ou supprimer des éléments, et j’en passe.

« Récolter les briques dorées se transforme en gentil calvaire permissif, avec sans cesse les mêmes actions à réaliser pour les obtenir »

Une mise en bouche agréable qui laisse présager un fort potentiel créatif. Malheureusement, une fois lancé sur l’interface du générateur de planètes, le joueur se retrouve sans réelle guidance, choisissant un monde créé aléatoirement pour finalement vaquer à des occupations sans grand intérêt. Récolter les briques dorées se transforme en gentil calvaire permissif, avec sans cesse les mêmes actions à réaliser pour les obtenir. Sauver des autochtones, faire des échanges d’objets, jouer sur la géologie, créer des passages dans des murs, peindre ou construire des éléments, voilà grosso modo les tâches hyper redondantes qui vous attendent.

lego-worlds-release

Autant dire que le potentiel entraperçu dans le didacticiel disparaît brusquement, offrant des libertés presque infinies d’un côté, annihilant au passage l’aspect ludique de la chose de l’autre. Là où les jeux LEGO ont pour habitude désormais de disposer d’un mode bac-à-sable plaisant car proposé en alternance de niveaux scriptés, LEGO Worlds fait uniquement dans le bac-à-sable, bouffé par d’innombrables bugs ultra dérangeants qui plus est. Finalement seule la possibilité de récupérer un maximum d’objets collectionnables pousse le joueur à relancer le titre dans le but de créer ses propres mondes, un peu comme on le ferait avec une véritable boîte de briques de construction.

2/5
N'y allons pas par quatre chemins, LEGO Worlds est un gâchis infini. Infini comme les possibilités offertes au joueur lorsqu'il parcourt les mondes générés aléatoirement, et donc tous différents les uns des autres. Une bonne volonté gâchée dès la fin du tutoriel par un largage en bonne et due forme dans des univers parfois très vastes sans aucune explication. Certains crieront au génie permissif du titre qui invite alors le joueur à découvrir par lui-même une myriade de possibilités offertes à leur créativité et leurs envies quand les autres pesteront aussi vite sur le manque d'intérêt général et la faiblesse du fil conducteur inclut dans la trame scénaristique ultra légère. 

+

  • Tutoriel engageant
  • Diversité des outils
  • Très axé sur la collection
  • Du potentiel, sur le papier

-

    • Truffé de bugs
    • Interface peu ergonomique
    • Missions vite redondantes
    • Beaucoup trop permissif

Sur le même thème