Jeux

Rage

FPS | Edité par Electronic Arts | Développé par id Software

4/5
4.0/5
360 : 07 octobre 2011
09.11 à 15h27 par |Source : http://xbox-mag.net/

Test : Rage sur Xbox 360

ID Software, dans la mémoire collective des joueurs, ce n’est ni plus ni moins que l’inventeur des jeux de tir à la première personne, constitué à présent par une multitude de genres aussi divers que variés. Alors, lorsque les pontes de la catégorie, déjà responsables de véritables chefs-d’œuvre de l’action tels que Doom et Quake, s’apprêtent à sortir leur premier jeu sur Xbox 360, c’est toute une communauté qui retient son souffle. Nouvelle licence, nouveau contexte scénaristique, nouveau moteur : incursion au cœur de Rage, un FPS qui en a dans le pantalon.
POST APOCALYPTICA

Rage installe ses bases scénaristiques dans un monde dévasté par une chute d’astéroïdes. Un monde désertique, le Wasteland, désormais peuplé par les pires bandits de la planète, en quête de butins en tous genres, et parfois, de chair fraiche. Notre héros, quant à lui, se réveille des années après cette guerre intestine qui a dévoré le monde. Il fait partie de l’Arche, un projet gouvernemental ayant pour objectif de mettre en hibernation des super-soldats qui seront capables de réinstaurer une certaine forme de tranquillité dans ce monde en plein chaos. Seul problème, l’Autorité, organisme implacable et tyrannique qui contrôle désormais le monde de Rage, ne l’entend pas de cette oreille-là. Scénaristiquement parlant, Rage joue dans le très classique, ce type d’univers étant désormais éculé dans le monde du jeu-vidéo. Ici, il ne faut donc pas s’attendre à s’émerveiller devant l’originalité, mais le soft propose un design des différents protagonistes, des clans bandits et des mutants suffisamment soignés pour tenir en haleine le joueur pendant la dizaine d’heures qui compose l’aventure.

L’Autorité des neufs

Dans sa conception, les développeurs de Rage ont voulu créer un titre qui allie à la fois du shoot à l’ancienne, et une partie exploration. En gros, Rage est constitué de différentes missions qu’il vous faudra remplir en passant par le Wasteland, une sorte de hub désertique et malfamée dans lequel il vous sera possible de faire des courses de voiture, ou encore d’éliminer des ennemis à l’aide de votre bolide, qu’il sera par ailleurs possible de customiser, et de lui inclure différents gadgets et autres armes mortels. Ne nous méprenons pourtant pas : Rage, c’est avant tout un FPS old-school, préférant clairement mettre en avant ses qualités de shoot implacables plutôt que de s’adapter aux standards actuels. Force est de contacter que le compromis accordé entre exploration et shoot a été rondement mené par les développeurs, de telle sorte que l’exploration ne prenne pas le pas sur le plaisir de jeu arme à la main. Ceci étant dit, les innombrables allers-retours, parfois rébarbatifs, viennent quelque peu ternir le constat.

Gameplay classique donc, mais maîtrisé, qui se voit renforcé par une partie technique assez bluffante. Le nouveau moteur d’ID est donc un petit bijou en termes de fluidité, inattaquable et constante durant les dix heures de jeu. Les textures et les différents niveaux, très réussis, marchent de concert avec la distance d’affichage impressionnante. Là où le titre pêche quelque peu, c’est lorsque que l’on a la mauvaise idée de s’approcher d’un mur, qui était parfait à quelques mètres et qui révèle pourtant des textures vieillottes quand on s’en approche. Il en va de même pour les décors, quasiment indestructibles.

Evidemment, à l’heure actuelle, rares sont les titres solo à ne pas proposer de mode multijoueur, et Rage n’échappe bien sûr pas à cette règle. Là encore, le titre mise sur des bases très classiques. En dehors des captures de drapeau et autres modes de jeu éculés par le passé, le titre propose un mode coopération, reprenant certains moments clés de la campagne en nous permettant donc de les traverser avec un ami. Des courses de bolides sont également possibles. Restons cependant clairs, ID Software ayant vraisemblablement joué ses cartes sur le mode solo, le multi tient donc davantage de l’anecdote.

http://www.dailymotion.com/video/xia68n

Pour sa première incursion sur consoles nouvelle génération, ID Software ne déroge pas à sa réputation. Ici, il n’est donc pas question de grands bouleversements ou de révolution, l’équipe de John Carmack fait ce qu’elle sait faire : du shoot survitaminé. Force est de constater que de ce point de vue, le titre se révèle complet et les sensations y sont clairement jouissives. Lorsque l’on gratte quelque peu la surface du Wasteland, on pourra pourtant pester contre des textures bâclées, des allers-retours trop nombreux et autres modes multi anecdotiques. Cependant, prenons le titre pour ce qu’il est : un FPS old-school, préférant se concentrer sur les sensations plutôt que le contenu. Et franchement, le pari semble gagné.

+

  • Un bon vieux FPS old-school
  • Chara design maîtrisé
  • D’une fluidité exemplaire
  • Graphiquement assez bluffant
  • Les sensations de tir très bonnes

-

    • Les textures ( de près ! )
    • Les allers-retours
    • Une fin expédiée
    • Le multi anecdotique
  • Seb
    11.11 à 10:43

    La pertinence des commentaires sur ce forum m’étonnera toujours. :mrgreen:

  • nef
    09.11 à 07:43

    " consoles nouvelle génération" ==> C’est plus trop une console nouvelle génération hein :D