Jeux

Rango : Le jeu vidéo

Plate-formes | Edité par Electronic Arts | Développé par Behaviour Interactive

2/5
360 : 17 mars 2011
11.04 à 18h57 par |Source : http://xbox-mag.net/

Test : Rango : Le jeu vidéo sur Xbox 360

Un grand film d'animation hollywoodien est souvent synonyme de jeu décliné sur toutes les plates-formes. Nul n'échappe à la règle, et surtout pas Rango, premier long métrage d'animation du réalisateur de Pirates des Caraïbes. De qualité assez variable, ces titres sont généralement destinés à un public assez jeune. Voyons donc ce qu'il en est ici, et surtout, si Rango parvient à toucher sa cible.


Wild Wild West

Situons un peu le contexte : Rango n’est pas un membre des Beatles, mais un lézard domestique catapulté en plein Mojave. Dans le film, il est devenu shérif de la petite ville de Poussière (Dust en VO). Curieusement, le jeu ne reprend pas le cheminement du long métrage mais se déroule après. Notre héros retrouve ses adversaires Bad Bill et Jack la morsure, cette fois en quête d’étranges fragments de météorite. On retrouve donc l’esprit très western du film, mais auquel se greffe une intrigue assez décousue mettant en scène des zombies, une invasion extraterrestres, et même un étrange univers numérique. La question est : mais qu’est ce qu’ont pris les développeurs pour imaginer tout ça ? Pas que de l’herbe visiblement.



Côté réalisation, les décors tout comme les personnages sont particulièrement bien modélisés pour un jeu de cette envergure, et même s’il reste quelques défauts ou même certaines textures qui bavent, et qu’on est loin des références AAA de la console, on est agréablement surpris de voir le soin apporté aux graphismes, d’autant plus que les décors sont assez variés. Du coin du gameplay, on a à faire a un jeu de plate-forme classique, ultra linéaire, avec néanmoins quelques phases de tir ou des chevauchées d’animaux pour varier le tout. Les possibilités sont assez nombreuses, trop même, et il ne sera pas toujours simple pour le jeune public de s’y retrouver parmi la panoplie de mouvements disponibles, une bonne partie pouvant d’ailleurs être quasiment oubliée afin de se lancer dans le jeu tête baissée en tirant sur tout ce qui bouge.

Y’a pas de lézard

Comme souvent avec les licences cinématographiques, la durée de vie n’est pas le point fort du titre. Quatre heures suffisent largement pour en voir le bout, le tout étant d’une grande facilité. Les développeurs ont tout de même prévu trois niveaux de difficulté, de quoi renforcer un peu le challenge. Afin d’offrir un peu de rejouabilité au titre, les neuf niveaux qui le composent peuvent être revisités afin de trouver les incontournables secrets, même si ceux-ci sont rarement bien cachés. Les joueurs pourront aussi accumuler des étoiles afin d’acheter diverses améliorations disponibles : plus de coups dans le pistolets, attaques plus puissantes, bonus rallongés, etc.



Le jeu accuse néanmoins un petit problème de rythme, les niveaux pouvant être très longs et dépasser la demi-heure. Un défaut que l’on retrouvait déjà dans Wall-E par exemple. Difficile pour le jeune public d’accrocher aussi longtemps ! En contrepartie, le parcours est jonché de points de sauvegarde automatique, et il ne faudra jamais refaire plus d’un combat en cas d’échec. On évite donc les crises de nerfs.

Pas de grosse surprise pour les aventures de Rango le lézard : le jeu reste assez similaire aux standards instaurés par les nombreuses autres adaptations de films d'animation, à savoir court et facile. On restera tout de même séduit par la réalisation plutôt soignée, mais le public plus jeune, cœur de cible du titre, aura peut être un peu de mal à assimiler les petites particularité du gameplay. Dommage.

+

  • Graphiquement soigné
  • Le choix de la difficulté

-

    • Très court
    • Des niveaux souvent trop longs
    • Les commandes du personnage un peu trop complexes

Fiche succès

Sur le même thème