Jeux

Redout : Lightspeed Edition

Course | Edité par 505 Games | Développé par 34BigThings

4/5
One : 31 août 2017
16.09 à 17h13 par

Test : Redout : Lightspeed Edition sur Xbox One

Des courses chez les 3 suisses

Wipeout ou F-Zero sont autant de symboles de générations mythiques. Ces jeux ont grandi, évolué et influencé toute une industrie et aujourd’hui encore certains jeux sonnent comme des hommages. C’est le cas de Redout qui propulse sa horde de vaisseaux de courses aujourd’hui sur Xbox One sur fond de vitesse, de loopings et de techno à fond. Bref, on a tous une raison d’aimer Redout.

Développé par 34BigThings, Redout a connu ses premiers tours de piste sur PC en 2016. Désormais disponible sur Xbox One –et en attendant une optimisation pour la Xbox One X-, Redout invite joueurs solo, amateurs de joutes en ligne mais également celles et ceux qui préfèrent les batailles en écran scindé à se lancer sur une série de courses aux accents nostalgiques évidents. Jeu de courses futuristes, Redout n’est pas un clone de Wipeout, c’est un hommage au titre de Psygnosis. On s’en rend compte dès l’arrivée à l’écran de sélection du vaisseau, où les formes des aéronefs et leur répartition par écurie arborant fièrement leurs blasons rappellent quelques souvenirs. Répartis en quatre catégories de puissance que seul l’argent engrangé au fil des courses permet de débloquer, les différents vaisseaux se caractérisent par des performances différentes en termes de vitesse maximale, d’accélération, d’angle de braquage… Bref, on connait la musique.

maxresdefault

Affiner les performances de son engin passe aussi par la case dollars. Il est ainsi possible d’équiper simultanément une compétence passive et un active, à sélectionner parmi une dizaine d’items. Turbo amélioré, drone de réparation, aide à la stabilité, tout le classique y est. Mais ne cherchez pas les roquettes, missiles ou peaux de bananes : Redout est un jeu de courses et uniquement cela. Tout est dans la vitesse et la recherche de la courbe parfaite en dosant au mieux, accélération, boost, freinage et contrôle de l’inclinaison de l’aéronef avec le stick droit. Un petit temps d’adaptation est nécessaire pour maitriser proprement tout cela (heureusement les collisions ne sont pas trop sanctionnées) ; mais une fois les choses bien en mains, on peut profiter pleinement de l’une des grandes qualités de Redout : sa vitesse. En vue interne ou externe (pour cinq déclinaisons au total), la piste défile à très grande vitesse et après quelques temps passés à bien reconnaitre certains circuits, enchainer les tours à tombeau ouvert est un vrai plaisir.

« Il est donc toujours plus important de s’entrainer pour connaitre les tracés et faire face à une IA impitoyable. Les adversaires sont coriaces, parfois même un peu agressifs et dès le passage des courses au niveau 2 »

Tout malheureusement ne se fait pas sans quelques écueils. Si les développeurs n’ont pas lésiné sur le travail pour proposer une belle sélection de circuits (une trentaine) dans des environnements futuristes soignés, cela s’est fait parfois au détriment de la lisibilité. On pense notamment aux circuits dans la zone glacière où le choix de couleurs, la multiplication des effets de flou et parfois le tracé lui-même posent de sérieux soucis d’orientation. Il est donc toujours plus important de s’entrainer pour connaitre les tracés et faire face à une IA impitoyable. Les adversaires sont coriaces, parfois même un peu agressifs et dès le passage des courses au niveau 2 (sur 4), ça y est, on sent bien que s’en est terminé de la maternelle. Répartis en courses avec ou sans power up, contre-la-montre ou par éliminations, les affrontements offrent de bons moments, pleins d’adrénaline, en dépit de quelques chutes de framerate… Et d’une bande son techno qui si elle peut plaire manque néanmoins de variété.

4/5
Arborant fièrement les couleurs de la maison Wipeout, Redout ne se contente pas de jouer les clones et propose une expérience plaisante où la vitesse est reine et profite pleinement d’une belle sélection de circuits. Exigeant en nous opposant des adversaires coriaces, Redout peut paraitre malgré tout un peu frustrant quand le manque de lisibilité s’en mêle. Artistiquement réussi, il l’est un peu moins sur sa partie technique entre environnements plaisants mais agressés par le flou de mouvement et quelques chutes de framerate. Quoi qu’il en soit, on le conseille à ceux qui appartiennent de près ou de loin à l’école Wipeout.

+

  • Sensation de vitesse excellente
  • Contenu solide
  • Propose une belle marge de progression
  • Environnements agréable artistiquement

-

    • Manque parfois de lisibilité
    • Trop de blur tue le blur
    • Bande son un peu répétitive
    • Quelques chutes de framerate

Sur le même thème