Jeux

Through the Woods

Survival Horror | Edité par 1c Games | Développé par Antagonist

3/5
One : 02 mai 2018
17.05 à 12h21 par

Test : Through the Woods sur Xbox One

La ballade de l'impossible

Soutenu sur Kickstarter et apparu pour la première fois sur PC en 2017, Through the Woods profite du printemps pour crapahuter jusque sur Xbox One. Développé par Antagonist, Through the Woods s’inspire des mythes et croyances anciennes de la Norvège natale de ses créateurs pour inviter le joueur à une balade en forêt. Et elle est loin d’être de tout repos.

C’est par un bel après-midi nordique que débute Through the Woods. Espen et Karen, sa mère, arrivent tout juste dans leur chalet au bord de l’eau et quelques échanges suffisent à comprendre que leur relation n’est pas des plus fusionnelles qui soient. Imaginée avant tout par Karen pour travailler dans le calme, loin de tout, cette retraite en forêt complétée au dernier moment par la présence de son fils sonne alors comme l’occasion de faire quelque chose pour recoller les morceaux. Passées quelques minutes aux commandes du garçon afin de se familiariser avec les commandes (très simples) de ce titre à la troisième personne et après quelques rapides cut-scenes, les choses sérieuses débutent : Espen est enlevé. Un homme le hisse sur sa barque et prend le large. Prise de panique, sa mère le suit à la nage et finit par arriver sur la côte de ce qui semble être une ile. Ainsi commence la longue marche à travers les bois de Karen à la recherche de son fils disparu.

through the woods 2

S’il n’est pas à proprement parler un walking simulator, Through the Woods reste néanmoins un titre presque exclusivement basé sur son ambiance, sur la découverte de nouveaux environnements toujours plus inquiétants à mesure que l’on progresse sur ces terres mystiques. Le titre s’inspire de la mythologie nordique et des contes folkloriques norvégiens et joue sur la tombée progressive de la nuit, jusqu’aux ténèbres, pour distiller une atmosphère pesante. Rechercher les nombreux écrits et objets qui parsèment la forêt et les villages en ruine permet de découvrir l’horreur qui entoure ces terres pas comme les autres ; en progressant, on entend les extraits d’un enregistrement dans lequel Karen s’exprime à propos de son fils, de son mari, d’elle-même et de ses peurs. Petit à petit, le tableau se dresse. Sous-titré en français, Through the Woods propose de piètres doublages en anglais mais heureusement une version originale en norvégien, appréciable pour l’authenticité et indispensable pour l’immersion. A côté de ça, le reste de la bande-son est une vraie réussite, notamment du côté des bruitages : vous n’avez jamais entendu un grondement de tonnerre vous sembler aussi réel.

Durant les quelques trois heures trente qu’il faut passer pour voir le bout de l’aventure en prenant le temps de fouiller au mieux les environs, Through the Woods distille une conception de l’horreur axée sur le sentiment d’oppression, sur la solitude. Le jeu d’Antagonist n’est pas là pour faire bondir le joueur de son siège mais l’oppose parfois à des rencontres pouvant mener au trépas. Un troll, une apparition, un vilain méchant loup… Le danger est bel et bien réel face à plusieurs créatures issues des croyances nordiques et on a vite fait de s’en rendre compte. Qu’il s’agisse de devoir passer en douce dans le dos du géant ou d’effrayer un monstre avec de la lumière, tout ne se passe pas forcément comme prévu, la faute à un détection très aléatoire et une héroïne particulièrement rigide. Ces rencontres sont heureusement rares mais peuvent en cas d’échecs successifs ralentir une progression qui le reste du temps maitrise son rythme.

through the woods 1

A ceci près que l’ultime portion d’aventure voit les choses s’accélérer pour déboucher sur un final des plus surprenants, voire déconcertant selon la façon dont on a pu vivre les événements passés. Difficile d’en évoquer plus sans spoiler alors on se contentera de dire que Through the Woods est une aventure courte mais qui ne manque pas de charme, même si graphiquement le titre d’Antagonist ne parvient pas toujours à mettre réellement en valeur sa direction artistique qui est elle, bien sentie. Beaucoup d’éléments du décor apparaissent et disparaissent brusquement, les textures bavent un peu de près et les animations manquent de souplesse. Et puis il y a cette héroïne qui n’en est pas vraiment une, sans charme et pour laquelle on ne développe un certain attachement qu’au travers de sa quête.

3/5
C’est en racontant une histoire à la manière d’un walking simulator et en jouant avec son cadre nordique original, singulier, que Through the Woods réussit en partie sa mission. Il n’est pas question de peur mais d’un sentiment constant d’oppression, appuyé par une bande-son particulièrement réussie. Mais à côté de cela, Through the Woods piétine lorsqu’il essaye de sortir de son schéma uniquement narratif avec des phases d’infiltration parfois franchement bancales. Au terme de l’aventure dont la conclusion peut franchement surprendre, on retient une expérience intéressante, pas indispensable mais assurément conçue avec passion par les développeurs pour leur terre natale et ses mythes. On a connu moins intéressant.

+

  • Bande-son superbe
  • Ambiance globalement réussie
  • Direction artistique inspirée
  • Il y a quelque chose de passionné dans ce titre
  • Doublages norvégiens

-

    • Héroïne on ne peut moins attachante
    • Phases d’infiltration et assimilés bancales
    • Pas mal de petits soucis techniques
    • Fin un peu abrupte

Sur le même thème