NewsXbox Game Pass

16.02.2021 à 18h21 par - Rédacteur en Chef

Josef Fares parle de It Takes Two et d’un Xbox Game Pass qui le laisse dubitatif

Il avait les mots

Josef Fares le dit encore une fois dans une longue et passionnante interview chez Polygon : il aime trop la coop’ pour avoir envie de faire autre chose. Peut-être tentera-t-il un open world un jour (mais en y apportant quelque chose de différent), ou un RPG, mais rien de ce genre n’est dans les tuyaux pour le moment. Il se prépare essentiellement chez Hazelight la sortie de It Takes Two sur les consoles Xbox, prévue pour le 26 mars prochain. Forcément, il y est question de coopération.

Evoquant son expérience sur des jeux comme Brothers: A Tale of Two Sons ou encore le remarquable A Way Out, succès s’il en est avec quelques 3,5 millions de joueurs, le créateur parle de It Takes Two comme d’un jeu dont on ne pourra pas se lasser. S’il faudra une quinzaine d’heures pour venir à bout de 25 mini-jeux différents, Josef Fares promet que la proposition faite aux joueurs leur permettra de vaincre le risque de l’ennui qui conduit aujourd’hui beaucoup de jeux à se voir abandonnés.

C’est un sujet qui émeut particulièrement le développeur : ce paradoxe entre la recherche permanente de la notion de rejouabilité lorsque l’on observe que tant de jeux ne sont pas terminés. Il y a quelque chose qui ne tourne pas toujours rond ici et qui conduit Fares à évoquer la notion de «Netflix du jeu vidéo» et par extension, le Xbox Game Pass.

fares

Lui qui n’avait déjà pas été forcément tendre il y a plusieurs semaines en déclarant que la dénomination «Xbox Series» était tout sauf valable et embrouillait l’esprit des consommateurs (Microsoft devrait appeler sa console «Xbox» et basta), revient à la charge. Il doute de la viabilité du modèle sur le long terme et se questionne sur la façon dont les développeurs perçoivent quelque chose.

Selon lui, si le modèle Xbox Game Pass suit le chemin de Netflix, à savoir une rétribution proportionnelle au temps de visionnage (de jeu ici donc), il y aura forcément un handicap pour les jeux de type narratif, courts par nature et pas forcément pensés pour être rejoués plusieurs fois. Josef Fares craint ainsi qu’une méthode de ce genre ne finisse par orienter le travail des développeurs en fonction des critères établis par les fournisseurs de ce Netflix du jeu vidéo.

L’avenir dira s’il a raison ou pas car comme le rappelle Polygon, le modèle financier du Xbox Game Pass n’est pas définitif et Microsoft continue d’expérimenter plusieurs façons de créer le service optimal côté constructeur/développeur.

En attendant, on aura tout loisir de vérifier la viabilité de la vision du jeu vidéo de Fares le 26 mars avec la sortie de It Takes Two sur les consoles Xbox. Il sera par ailleurs possible de tester gratuitement la première heure de jeu.

On en parle aussi

Planning

+