Jeux

BloodRayne: Betrayal Fresh Bites

Action/Aventure | Edité par Ziggurat | Développé par WayForward

3/5
One : 09 septembre 2021
10.09 à 18h40 par - Rédacteur

Test : BloodRayne: Betrayal Fresh Bites sur Xbox One

Les plaisirs de la (vieille) chair

Bien connu pour Shantae, leur franchise fétiche, les californiens de WayForward n'oublient pas de répondre de temps en temps à des commandes de tiers. C'était déjà le cas en 2011 lorsque Majesco est venu leur demander de remettre la franchise Bloodrayne sur pied avec un épisode qui délaissait la 3D pour de la 2D. Passée chez Ziggurat Interactive en 2020, la licence est de retour pour fêter les 10 ans de Bloodrayne Betrayal dans une version sous-titrée Fresh Bites. Un peu de sang frais ?

La conception de remasters est désormais devenue monnaie-courante dans l’industrie vidéoludique. Tout le monde s’y met ou presque, avec plus ou moins de succès, et il faut bien avouer que certaines initiatives permettent de faire découvrir quelques petits bijoux à un public qui aurait raté la sortie originale d’un titre. Sous prétexte qu’il soufflait ses dix bougies cette année, Bloodrayne Betrayal a succombé à la tendance et nous propose de découvrir sa version Fresh Bites, à traduire par Nouvelles Morsures. Une appellation qui fait évidemment référence à l’héroïne Rayne, une vampire apparue pour la première fois en 2002 avec un premier épisode en 3D, suivi d’un second opus sorti quatre ans plus tard.

BloodRayne Betrayal Fresh Bites (2)

Entièrement réalisé en 2D, cet épisode s’apparente à un beat’em up jouable sur un seul plan et qui propose quelques passages de plateformes.  Son ambiance générale rappelle rapidement la franchise Castlevania et la fin réserve même un beau clin d’oeil à la saga Metroid. Et pourtant, Bloodrayne Betrayal n’est pas du tout un Metroidvania et sa progression est même particulièrement linéaire, rappelant plutôt les premiers épisodes de la saga de Konami, bien loin des Igavania apparus plus tard. Le jeu de WayForward est découpé en 15 chapitres durant lesquels on progresse généralement en ligne droite. Un principe basique qui reste toutefois efficace même si cela nuit un peu à la durée de vie globale du titre. On regrette cependant un design assez raté pour l’héroïne, pourtant réalisé par l’excellent Matt Bozon qui est à l’origine du design de Shantae.

Les niveaux ne sont pas très longs et demandent généralement d’avancer d’une vague d’ennemis à une autre. Des passages particulièrement nerveux, notamment avec une palette de coups satisfaisantes et quelques effets réussis. Rayne peut frapper avec ses dagues, envoyer un ennemi dans les airs pour l’enchaîner, mais aussi utiliser son pistolet pour les atteindre de loin. Ses qualités de vampire lui permettent aussi de récupérer de la vie en pompant l’énergie de ses adversaires, et à injecter un poison qui les transforme en véritable bombe à retardement capable toucher tout un groupe lorsqu’on la fait exploser. Des capacités qui s’utilisent simplement, après s’être assuré que la future victime ne pourra pas parer votre attaque. Autant de possibilités qui donnent du dynamisme à l’ensemble, pour des combats bien dosés.

BloodRayne Betrayal Fresh Bites

Et même si la mort vient un peu trop frapper à votre porte, les nombreux checkpoints disséminés dans les niveaux permettent généralement de revenir assez proche du lieu qui pose problème pour recommencer sans trop de frustration. Conscients que le jeu d’origine était un peu trop ardu pour les joueurs qui préfèrent vivre leur aventure sans complications, les développeurs ont incorporé un mode standard par défaut, par opposition au mode classique qui propose une plus grande difficulté avec une jauge de vie qui se vide plus rapidement. Les niveaux cachent également des crânes de sang qui permettent d’augmenter le nombre de balles de Rayne ou sa barre de santé. Une bonne idée d’autant que ces crânes sont parfois bien cachés et/ou compliqués à récupérer.

La faute parfois à quelques manœuvres compliquées à sortir, comme le salto arrière qui permet d’atteindre des endroits en hauteur mais qui demande une bonne dextérité pour être maitrisé. Un petit point de rigidité qui contraste pourtant avec la souplesse du reste du gameplay. On a beau enchaîner les combats, on ne s’ennuie pas vraiment dans Bloodrayne Betrayal: Fresh Bites, et les boss sont suffisamment bien conçus pour prolonger le plaisir et nous faire regretter leur nombre assez faible finalement. Le bestiaire est diversifié, sans être très large non plus, mais implique également la nécessité de varier les actions de notre héroïne pour sans sortir sans trop de bobos. On en profite pour préciser que le titre de WayForward fait la part belle au scoring, en demandant au joueur de se débarrasser des vagues en un minimum de temps ou sans prendre de dégâts pour espérer obtenir une bonne note en terminant chaque niveau. Autant dire que le challenge est assez relevé et incitera les plus perfectionniste à relancer le jeu pour faire tomber des records.

3/5
Bloodrayne Betrayal a voulu ranimer une franchise à l'article de la mort lors de sa sortie en 2011. Avec Fresh Bites, les ambitions de l'éditeur Ziggurant Interactive semblent un peu faiblardes au regard du potentiel de la franchise et le travail réalisé par WayForward s'en ressent, avec finalement très peu de nouvelles choses à se mettre sous la dent. Bloodrayne Betrayal: Fresh Bites n'en reste pas moins un bon jeu, mais ses mécaniques commencent à dater un peu et n'inciteront malheureusement pas les joueurs à s'extasier ou à réclamer le retour de la franchise en l'état. Et au vu de son potentiel, c'est relativement dommage.

+

  • Animation agréable
  • Gameplay nerveux et diversifié
  • Plus accessible avec le mode standard
  • Galerie d'illustrations sympa

-

    • Quelques mouvements un peu compliqués
    • Décors pas toujours bien identifiés
    • Un peu court
    • Design de Rayne pas terrible

Sur le même thème