Jeux

Lawn Mowing Simulator

Simulation | Edité par Curve Digital | Développé par Skyhook Games

3/5
One : 10 août 2021 Series X/S : 10 août 2021
11.08 à 11h39 par - Rédacteur en Chef

Test : Lawn Mowing Simulator sur Xbox One

Lawning is my business, and my business is good

Il est là, le voilà, c’est lui le simulator le moins probable d’un calendrier de sorties sur consoles qui ne manque pourtant déjà pas vraiment de bizarreries. Développé par les Britanniques de Skyhook Games, Lawn Mowing Simulator reste d’ailleurs sur les terres verdoyantes de Sa Majesté pour nous proposer un simulateur pas comme les autres : un simulateur de tondeuses à gazon ! Préparez votre séant, on part pour quelques heures sur le dos des plus belles machines destinées à faire d’un jardin un œuvre d’art. Oui, pour de bon.

Nombreux sont les simulators qui nous ont surpris par le passé, tant ils s’efforçaient avec une passion sincère de nous faire toucher du doigt une activité que l’on n’aurait pour rien au monde imaginé passionnante jusqu’ici. C’est d’ailleurs pour cela que l’on a appris à aimer ces jeux et que l’on ne résiste aucunement à l’idée de réaliser le test de l’un d’entre eux, même lorsque celui-ci nous invite à chevaucher des tondeuses à gazon. Lawn Mowing Simulator, c’est ça : une douzaine de tondeuses officielles et fidèlement reproduites, une trentaine de zones à passer au peigne fin, tout cela dans le but de faire grandir et prospérer une entreprise spécialisée dans l’entretien des espaces verts. Jeu 100% solo, Lawn Mowing Simulator nous propose un mode carrière, des défis (temps, conditions spéciales, équipement imposé) et pour les joueurs en quête d’activités reposantes, sans prise de tête, un mode de tonte libre.

En débutant le mode carrière, nous disposons de quelques options pour personnaliser notre personnage (homme ou femme), l’habiller aux couleurs de la boîte pour laquelle on a préalablement créé un logo. Les fonds de démarrage sont maigres ; aussi n’avons-nous seulement que la possibilité d’acheter une seule tondeuse parmi les deux accessibles au départ. Nous voilà désormais sur l’interface de gestion de l’entreprise, simple et claire. On y retrouve les informations concernant la santé financière de la boîte, le niveau de crédibilité de celle-ci (travailler du mieux possible permet de gagner des points d’expérience et gagner en popularité), l’accès au garage pour réparer les tondeuses et en acheter de nouvelles, ou encore la section proposant de lancer diverses offres publicitaires. Contre de l’argent on peut gagner des points de réputation, nécessaires à l’obtention de contrats toujours plus juteux.

Lawn Mowing Simulator 1

Autour de toute cette mécanique claire et bien huilée, on retrouve donc une section où apparaissent les différents contrats disponibles. S’il convient de mettre la main à la pate pour aller donner un petit coup de tonte aux quatre coins de l’Angleterre, on a rapidement accès à des employés à qui on va pouvoir donc déléguer divers contrats. Il faut bien sûr assurer leur paie hebdomadaire (largement couverte par les gains de missions) mais aussi et surtout leur donner une machine pour qu’ils puissent effectuer leur tâche. Compte tenu des gains assez faibles obtenus au départ et de l’aspect hautement prohibitif du système de prêt bancaire (même en vrai ils n’osent pas vous tondre de la sorte, c’est dire), la patience est de mise avant de pouvoir doter son entreprise d’un effectif robuste. Il faut d’ailleurs prendre en compte la place disponible, agrandissable contre écu sonnant et trébuchant. Bref, une seule solution pour lancer les affaires à moyen terme : aller soi-même à la tonte.

Un petit tutoriel, bien fait, permet de se familiariser avec les bases et les subtilités de la conduite de tondeuses à gazon. On apprend un peu plus tard à différencier et utiliser à bon escient les machines selon qu’elles soient équipées d’un bac de récupération, d’un broyeur, ou qu’elles se manœuvrent sur deux ou quatre roues motrices. Mais pour l’heure, on apprend simplement comment démarrer le moteur, régler la hauteur de coupe, mettre en branle les lames, éventuellement faire le plein. Rien de compliqué dans tout cela, les commandes sont simples et l’ATH nous permet de contrôler en permanence tous les aspects essentiels du travail, comme l’état du véhicule, son niveau d’essence ou encore la hauteur de coupe actuellement sélectionnée. Lawn Mowing Simulator propose par ailleurs plusieurs angles de caméra, comme un jeu de courses, afin de ne jamais être gêné par le décor lors de passages dans des zones où la précision est de mise.

Lawn Mowing Simulator 2

Avant d’aller couper l’herbe d’un jardin étudié au millimètre, d’un verger ou d’un centre équestre, il convient d’aller faire un tour à pied sur le terrain pour dégager les objets qui pourraient gêner le travail par la suite. C’est optionnel mais il est conseillé de le faire car c’est vite vu et cela permet au passage de visualiser le terrain de près et d’anticiper les possibles difficultés à venir. Une fois la zone dégagée, c’est parti pour la tonte ! Croyez-le ou non, mais Lawn Mowing Simulator se révèle être une agréable expérience. Il faut bien sûr être du genre calme et patient pour en apprécier véritablement chaque aspect : une mission dure en moyenne une bonne demi-heure et il est nécessaire dans la plupart des cas de tondre 99% de la zone, tout en prenant soin de ne pas abîmer les fleurs alentours ou cogner trop souvent la tondeuse d’importe où. A noter qu’une pression sur le stick droit permet de mettre en surbrillance les zones restant à tondre, ce qui peut s’avérer utile lorsque que manque à l’appel un dixième de pourcent de progression pour toucher au but. Si vous respectez les consignes, n’abimez rien et effectuez tout cela dans un délai honorable, à vous les petits bonus d’argent en plus de ce qui était prévu au départ par le contrat.

Lawn Mowing Simulator 6

L’expérience proposée par Lawn Mowing Simulator est agréable et c’est à priori d’autant plus vrai sur Xbox Series X où l’on doit profiter de cela dans de bonnes conditions techniques. On retrouve des décors très détaillés, variés (on rappelle que le jeu propose tout de même 31 zones) et par ailleurs vivants. Les terrains et jardins sont souvent bordés de routes et trottoirs sur lesquels on voit passer des gens et des voitures. Ce n’est pas grand-chose mais cela apporte la petite dose de vie qui souvent fait défaut aux simulators. On regrette cependant, et c’est là le principal défaut du jeu sur la forme, un framerate qui fait des siennes sur certaines maps. Si l’on n’a rien à signaler d’un côté, on peut se retrouver de l’autre avec un jeu qui peine à maintenir une fluidité acceptable. Pas de quoi éteindre la console, mais on a pu parfois friser le mal de crâne. On note également du clipping ou des éléments moyennement lointains qui se n’affichent pas correctement, ce qui peut donner l’illusion d’un travail fait sur un grand terrain alors que se cache malheureusement un tas d’herbe qui ne s’affiche pas correctement. Niveau sonore en revanche c’est plutôt fidèle, jusque dans le bruit du moteur qui évolue en fonction de son usure. Les musiques des menus passent sans trop de mal ; pas de voix disponibles dans le jeu mais des textes qui ont le bon goût d’être traduits en français. En somme Lawn Mowing Simulator est un bon jeu du genre, à essayer pour les férus d’expérience franchement pas comme les autres.

3/5
Si l’on pouvait craindre d’avoir à vivre une douche écossaise face à un jeu dont le postulat vise tout de même très haut dans le domaine de la singularité, on a finalement passé un bon moment avec Lawn Mowing Simulator. On va d’ailleurs y revenir régulièrement, c’est ce qu’il faut pour en profiter car il demande patience et investissement. S’il est imparfait techniquement, notamment pour ses problèmes de framerate constatés alors que nous jouons sur Xbox Series X, Lawn Mowing Simulator propose un cadre visuel et une accessibilité prompte à offrir un bon moment de jeu à toute personne sensible à la proposition d’un simulator.

+

  • Accessible et plaisant à jouer
  • Mode carrière plutôt bien construit
  • Tondeuses officielles et bien reproduites
  • De nombreux décors, beaux et vivants…

-

    • … Contrariés par un framerate inconstant
    • Système de finances (prêt bancaire notamment) à rééquilibrer
    • La relative lenteur de la progression peut rebuter