Jeux

Marvel Vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds

Combat | Edité par Capcom

4/5
360 : 18 février 2011
07.03 à 14h36 par - Rédacteur en Chef |Source : http://xbox-mag.net/

Test : Marvel Vs Capcom 3 : Fate of Two Worlds sur Xbox 360

La machine est lancée. Fort du succès retentissant et mérité de Street Fighter IV, le géant nippon ressort des placards une autre licence mythique : Marvel vs Capcom. L'un des cross-over parmi les plus efficaces et les plus fédérateurs sort le grand jeu pour imposer une fois de plus ce qui fait sa force : la baston à l'état brut. Que l'on soit fan de l'univers Capcom ou que l'on connaisse l'histoire des X-Men sur le bout des doigts, une chose est certaine, le choc des deux mondes sera explosif.

Programme d’entrainement oculaire du Docteur Capcom

En attendant de se mesurer pour la première fois aux combattants de Tekken et peut-être retourner un jour se frotter aux icônes de la Neo Geo, tout le beau monde de Capcom défie pour la troisième fois les légendes de l’univers Marvel. Il aura fallu se montrer patient mais ça y est, le clash des héros est prêt à faire rugir la Xbox 360, après avoir su réveiller notre appétit de cross-over en ressuscitant Marvel vs Capcom 2 sur le Xbox Live Arcade. Envoyer un Shoryuken dans la face de Magneto ou tailler en fines tranches les jambonneaux de Chun Li est un plaisir que l’on s’empresse d’assouvir en faisant son choix parmi une quarantaine de personnages. Capcom à gauche, Marvel à droite. Les vétérans tiennent bon la barre : Ryu, Chun Li et leurs comparses font face à SpiderMan, Wolverine et toute une bande mêlant héros et vilains. La bonne nouvelle c’est que ce joli casting accueille bon nombre de personnages inédits jusqu’alors. Devil May Cry, Okami ou Bionic Commando sont à l’honneur au travers de Dante, Amaterasu et Spencer. Du côté Marvel, de nouvelles figures comme Deadpool, X-23 ou Hulk au féminin grossissent les rangs des super héros. La mauvaise nouvelle c’est que cette addition de nouveaux personnages fait suite à une soustraction bien plus importante voyant de nombreux combattants de Marvel vs Capcom 2 passer à la trappe : Cyclope, Omega Red, Ken, Venom ne sont qu’une infime partie de ces visages qui manquent au casting et il est difficile de masquer sa déception. Malgré tout, la diversité est là et tenter de maitriser correctement ces 38 personnages se révèlera être un exercice particulièrement chronophage. Et au delà de çà, le travail apporté sur l’aspect technique du soft et la modélisation de ses personnages excusera en partie leur nombre réduit.



Marvel vs Capcom 3 allie une formule de base efficace et fédératrice, le cross-over, et un autre élément qui n’en est pas moins convaincant : du gameplay en 2D dans des environnements en 3D. Cette recette brillamment imposée par Street Fighter IV se montre une fois de plus à la hauteur pour des affrontements qui ne perdent rien du côté débridé et explosif qui les caractérise, avec la manette dans les mains ou les yeux rivés sur l’écran. Le patte artistique appliquée est bien sentie et donne un ensemble parfaitement dans le ton ; la modélisation des personnages se veut convaincante et leurs animations plutôt bonnes et fidèles à l’image que l’on a d’eux (les mouvements d’épaules de Hulk traduisent bien sa puissance tandis que l’on retrouve le flegme légendaire de Dante jusque dans ses déplacements). Même s’ils n’affichent pas l’unité et la constance que peut offrir Street Fighter IV, les environnements sont également bien réussis. Un minimum serait-on tenté d’ajouter compte tenu de leur nombre relativement faible : dix et pas un de plus. Mais qu’importe me direz-vous, puisque nous jouons à Marvel vs Capcom 3 et que la finalité reste la même que par le passé : l’écran sera submergé d’explosions, de lumière et d’effets en tous genres. L’action se déroulant très rapidement, saupoudrée des effets sonores efficaces et d’une bande-son correcte, suivre ce qui se passe à l’écran demandera un petit temps d’adaptation pour le joueur qui viendrait à découvrir la série. Lorsque se mêlent attaques spéciales, assistance d’un coéquipier (parfois tout çà du côté ennemi en même temps)… les effets se multiplient, les flashs se font intenses et la mise en scène appuie toujours plus ce sentiment de déchainement incontrôlable et d’orgie visuelle. Marvel vs Capcom 3 met à mal nos yeux mais ce n’est que pour mieux les flatter et servir un gameplay aux petits oignons.

Un bon cocktail mais sans paille et sans glaçons

Au-delà de sa nature sexy par le mélange des genres, Marvel vs Capcom 3 est un titre qui fédère les joueurs, les novices comme les vétérans. Les commandes de bases sont épurées au maximum et plus encore avec une option simplifiant les coups spéciaux. Même en ne faisant pas très attention à ce que l’on fait, en martelant la croix directionnelle, il est possible de crever l’écran à l’aide d’attaques dévastatrices. Le titre de Capcom peut s’apprécier en toute simplicité. Il se révélera ainsi être un excellent défouloir que l’on vivra avec passion en versus face à un collègue qui ne maitrise pas plus les commandes. Un plaisir de jeu immédiat et sans détours qui ne saurait faire oublier que se cache derrière cette apparente facilité un gameplay solide et riche, dans la droite lignée des autres productions de Capcom. Ces combats à trois contre trois sont taillés pour permettre des combos à rallonge et demanderont concentration et dextérité pour les asséner à la perfection. S’il est possible par une simple pression sur une touche de se faire assister quelques secondes par un de ses deux coéquipiers, le véritable intérêt sera de passer d’un personnage à l’autre en plein enchainement pour ne laisser aucun répit à l’adversaire. Egalement, maitriser les techniques de précision comme la garde avancée, utiliser à bon escient l’état de grâce offert par le X-Factor ou se sortir avec classe des assauts ennemis se révèlera rapidement indispensable pour tenir tête aux plus zélés des combattants. Et il s’agit de petits exemples qui font partie d’un ensemble très complet.Toutes ces choses simples à exécuter individuellement deviennent plus délicates à enchainer. Pour s’en rendre compte, il suffit de faire un tour par le mode mission.



Un mode mission qui n’est autre qu’une succession de défis visant à armer le joueur pour les grandes occasions. Si l’on démarre dans la simplicité avec les cinq premières missions (dédiées essentiellement aux coups spéciaux), l’apprentissage des combos se révèlera rapidement retord pour les novices mais sera aussi un premier test d’aptitudes pour les joueurs en quête de maitrise. On notera cependant un petit détail pénible : il est impossible de basculer l’affichage entre le nom du coup à exécuter et le détail des commandes à entrer. Cela oblige les premiers temps à passer par le menu pause. Peu pratique et surtout frustrant lorsque l’on sait que Street Fighter IV permettait de s’affranchir de cela. Un apprentissage qui, couplé à un mode "histoire" bien pauvre en mise en scène (marqué cependant par un combat en grand format contre le colosse Galactus toujours aussi bien équilibré), représentent l’intégralité de l’offre solo. C’est bien peu, à plus forte raison pour les joueurs moyens qui abandonneront rapidement le mode mission. C’est donc du côté du versus qu’il faudra lorgner et en particulier sur le Xbox Live. Ici aussi, l’ensemble fonctionne bien avec très peu de lag et on aura vite fait de trouver un adversaire en partie sans classement. Au contraire, jouer des poings aux points n’est pas au point. Proposant seulement le matchmaking dans son plus simple appareil, sans possibilité de créer son lobby, le mode avec classement souffre de délais d’attente particulièrement longs pour trouver un adversaire. Et comme dans toute partie avec classement, il est impossible d’enchainer les combats face au même rival. Un retour par la case départ des plus ennuyeux compte tenu de l’attente qui suivra. On lui préfèrera rapidement les combats entre amis ou ennemis d’un jour, en affichant fièrement son titre et son icône toujours de la partie, en pestant malgré tout contre l’impossibilité de regarder les autres jouer en attendant son tour (mieux vaut avoir quelqu’un avec qui discuter). Un petit goût d’inachevé que l’on arrive fort heureusement à accepter dès lors que résonne l’impact de nos poings au son d’un gameplay qui assure à Marvel Vs Capcom 3 l’entrée dans le cercle des jeux de combat à essayer.


Sans grande surprise, Marvel Vs Capcom 3 répond présent et assène un déluge de pouvoirs à en faire exploser votre écran. Beau et grisant tant il étale sa puissance même au plus novice des gamers, il occupera également celui qui est en quête de combats techniques pour emmener son héros à faire bouillir le compteur de combos. Reste qu'il se montre bien avare en contenu avec le strict minimum en solo et une expérience perfectible du côté du Xbox Live. Avec un peu plus de convictions, il aurait pu devenir une référence mais n'en demeure pas moins un excellent jeu.

+

  • Très bonne réalisation
  • Explosif dans tous les sens du terme
  • Un plaisir de jeu immédiat...
  • ... qui peut se prolonger longtemps pour les plus motivés

-

    • Contenu solo faiblard
    • Temps d'attente pour trouver un adversaire en partie avec classement
    • Des visages mythiques aux abonnés absents