Jeux

Ship of Fools

| Edité par team17 | Développé par Fika Productions

8/10
One : 22 novembre 2022
22.11 à 14h00 par - Rédacteur en Chef

Test : Ship of Fools sur Xbox One

Chaud mon bateau

Les britanniques de la Team17 continuent de miser sur leur capacité à dénicher de petits jeux indépendants à fort potentiel. Cette fois-ci c'est du côté de Québec que les décideurs situés dans la banlieue de Leeds sont allés chercher leur nouvelle trouvaille. Il faut dire que le titre Ship of Fools, développé chez les Canadiens de Fika Productions, dispose d'atouts très intéressants sur le papier. Pour un résultat capable de nous embarquer avec lui ?

Après avoir sélectionné un des deux personnages disponibles, l’aventure débute sur la plage d’une petite île perdue au milieu de nulle part. Rejeté par le tumulte d’une mer déchainée, le joueur se retrouve en réalité sur un petit bastion protégé par la lumière éclatante d’un phare. Dès les premiers instants, on comprend que la seule échappatoire se trouve à l’horizon, avec l’obligation de prendre la mer pour quitter l’endroit. Bien plus facile à dire qu’à faire bien entendu, d’autant que la tempête draine une multitude de créatures hostiles prête à tout pour vous renvoyer à la case départ. Roguelite oblige, c’est en effet un éternel recommencement qui nous attend, avec un parcours différents à chaque nouvelle tentative et une poignée d’éléments qui permettent de mieux gérer les runs suivantes.

57e5df9d-8953-4e50-8e55-09e68ba3e968

Fort heureusement, pour bien appréhender les bases du jeu imaginé par les développeurs québécois de Fika Productions, un tutoriel nous explique tous les rudiments de la bonne gestion du bateau. Plutôt que de devoir gérer les déplacements de celui-ci, le gameplay s’attardent surtout sur la capacité du joueur à se débarrasser des nombreux dangers qui peuvent abimer le navire, lui coutant à chaque fois un point de vie, jusqu’à l’envoyer par le fond. A noter que le personnage contrôlé par le joueur ne subit pas de dégâts, et c’est un point plutôt appréciable tant la gestion du bateau peut vite se révéler compliquée à elle seule.  Attaques au canon, nettoyages de mobs sur le pont, renvois de projectiles et coups de pagaie pour éloigner les ennemis les plus menaçants, les tâches sont assez nombreuses pour tenir le joueur en alerte constamment.

A tel point que la possibilité de jouer à deux en coopération, aussi bien en ligne qu’en local est une vraie bonne nouvelle. Petite précision au passage, il est nécessaire de trouver un ami pour vous lancer dans l’aventure à deux, le titre ne permettant pas la création de parties publiques. Que vous soyez seul ou avec un partenaire de jeu, ce sont deux canons qui sont mis à disposition pour votre bateau. Pour compenser le handicap numérique du joueur solo, le second canon dispose d’un tir automatique, et seule la recharge des boulets devient alors indispensable à son bon fonctionnement. A deux, la tâche semble un peu plus aisé, à condition de bien communiquer et de s’organiser en se répartissant des zones sur le bateau par exemple. Difficile à vérifier compte tenu du caractère aléatoire du genre, il semblerait aussi que les zones d’ennemis soient plus peuplées en jouant en duo.

bfb8b42e-05ff-4e70-af32-bcfcdbd60eac

Mais que ce soit seul ou à deux, autant dire qu’il est quasiment impossible de finir Ship of Fools dès la première run. Chaque tentative est l’occasion de ramasser de petits coquillages qui servent de monnaie d’échange sur l’île du grand phare. Il est ainsi possible d’améliorer votre canon, ou d’en choisir un qui possède d’autres propriétés (tir de barrage, tir chargé, double canon, …), d’augmenter le nombre de points de vie de votre bateau, d’étendre la capacité à accueillir des boulets ou des bonus simultanément, ou de commencer avec un minimum de dollars des sables dans vos poches lors de votre départ en mer. Chaque nouvelle run vous place sur une nouvelle carte divisée façon ruche d’abeilles avec des cases hexagonales qui se succèdent et de multiples chemins potentiels. A la différence d’un Hadès et de nombreux jeux du genre, il est donc possible d’imaginer son parcours à l’avance et de décider la trajectoire à emprunter pour espérer récupérer un maximum d’équipements, tout ceci dans l’espoir d’aller au bout sans encombres.

Les cases à parcourir prennent des formes multiples, avec la possibilité de récupérer des boucliers qui viennent renforcer le navire, des planches pour lui redonner un ou plusieurs points de vie, des harpons pour repêcher de l’or ou des coffres tombés à l’eau, mais aussi des artéfacts et des boulets élémentaires qui permettent de gagner en puissance. Chaque carte se conclut par l’affrontement d’un boss et mieux vaut être bien équipé pour faire front et l’emporter face à ces ennemis qui occupent assez largement l’écran. De façon plus générale, le bestiaire est plutôt bien diversifié et se renouvelle à chaque changement d’environnement. A force de faire et refaire, on apprend à mieux anticiper les attaques ennemies et donc à conserver le navire en bon état. Concrètement, on sent une vraie courbe de progression s’installer, ce qui pousse le joueur à toujours vouloir relancer une partie pour tenter de faire mieux que la précédente.

a4b89a49-1256-4093-86cb-f2282577e539

Le tout encouragé par une direction artistique très sympathique avec des personnages et des décors réalisés à la main. Cela donne un véritable cachet au jeu dont les personnages aux gros yeux rappellent un peu les Snorkies. Bien en retrait, on regrette tout de même que les dialogues soient si peu nombreux, d’autant que le potentiel humoristique du titre semblait bien présent. De leur côté, les musiques sont à la fois discrètes et efficaces, tout en soulignant comme il faut les moments plus intenses, comme durant les batailles de boss.

8/10
Ship of Fools reprend absolument tous les codes des meilleurs roguelite et les applique de façon suffisamment intéressante pour attirer les adeptes du genre. Malgré un petit manque de profondeur, la volonté d'inclure de la coopération offre une dimension originale au genre, à mi-chemin entre Hadès et Overcooked, et lui permet de proposer une expérience de jeu à la fois plaisante et addictive.

+

  • Roguelite plutôt addictif
  • Univers intéressant
  • Courbe de progression bien équilibrée
  • Aspect coopératif efficace
  • Bestiaire et boss travaillés

-

    • Manque d'une pointe d'humour
    • Gestion parfois difficile en solo