Jeux

L.A. Noire

Action/Aventure | Edité par Rockstar Games | Développé par Team Bondi

4/5
360 : 20 mai 2011

Test : L.A. Noire sur Xbox 360

Quand Rockstar annonce un nouveau jeu, tous les regards sont tournés vers eux. Quand en plus ils annoncent placer le joueur dans la peau d’un enquêteur dans une ambiance proche des films « noirs », les langues commencent déjà à pendre. Si on rajoute en plus la promesse d’une grande liberté d’action et un grand souci du détail, forcement, L.A. Noire était attendu comme un prétendant au jeu de l’année. Au final, que vaut donc cette plongée dans les années 40 ?




Black and White


Nous sommes en 1947 à Los Angeles. Cole Phelps, ancien héros de guerre revenu d’Okinawa est aujourd’hui membre du service de l’ordre de la ville. Simple larbin à ses débuts, il va rapidement se retrouver propulsé sous les feux de la rampe grâce à l’enquête qui changera sa vie. Vous l’aurez compris, c’est vous qui dirigerez Cole Phelps au jour le jour. Si la possibilité de se balader librement dans toute la ville est présente, il vous incombera surtout de résoudre l’une après l’autre les 21 enquêtes qui constituent le cœur de l’histoire du jeu. Si au début, ces dernières sont simplistes et n’ont pas de lien entre elles, vous tomberez rapidement sur des affaires bien plus complexes et entremêlées. Sachez à ce sujet que l’équipe de la Team Bondi s’est grandement inspirée de faits divers réels d’époque. Il en résulte un vrai sentiment d’authenticité. D’ailleurs le studio ne s’est pas arrêté là dans son souci de retranscription des faits, et la cité des anges semble plus vraie que nature. Chaque lieu, chaque panneau d’affichage, chaque personnage, chaque voiture… tout a été modélisé avec le plus grand soin pour nous propulser quelques décennies en arrière. Même au niveau sonore, les musiques des autoradios sont d’époques.



Le travail de retranscription est véritablement remarquable, et est affiné grâce à un travail exemplaire au niveau de la modélisation des visages. Les différents protagonistes semblent plus vivants que jamais, et il est possible de décrypter leurs émotions rien qu’en les observant. Pour ce faire, la Team Bondi a mis au point un moteur de capture de mouvements basé sur de véritables acteurs. Les amateurs de séries TV seront ravis de reconnaître par exemple le Matt Parkman de Heroes ou le docteur Bishop de la série Fringe. On pourra toutefois regretter que malgré l’excellent doublage de rigueur, et comme toujours chez Rockstar, la version française se cantonne à des sous-titres partiels. Les amateurs de VO apprécieront, les autres risquent d’avoir du mal avec des dialogues sous titrés en pleine course poursuite, ou des dialogues de fond (un passant dans la rue par exemple) non traduits. De plus, il n’est pas rare que certains dialogues s’affichent trop rapidement pour avoir le temps de tout lire (syndrome Alpha Protocol). Heureusement, le jeu permet grâce à une fonction Mémo de garder l’historique des conversations importantes.

Elémentaire mon cher Phelps

Véritable cœur du jeu, les enquêtes constituent la partie la plus innovante. C’est aussi ici que la déception risque de pointer le bout de son museau. Vous pourrez donc visiter différents lieux, généralement dans l’ordre de votre choix, y récolter des indices, puis interroger les suspects. Le véritable problème, c’est qu’au final la linéarité est de mise. Contrairement à ce qu’on nous avait vendu – et conformément à ce que nous avions relevé lors de notre first-look – les enquêtes sont très rigides et ne peuvent êtres résolues que d’une seule façon. L’esprit d’initiative du joueur n’est que rarement sollicité, et vos seuls choix seront finalement portés sur l’ordre de visite des lieux. Une fois sur place, il y aura un certain nombre d’indices à trouver pour faire avancer l’enquête. Le jeu propose d’emblée des aides indiquant par des vibrations et des indications sonores envoyées au joueur qu’il se trouve près d’un indice ou qu’il en reste encore à trouver. S’il est possible de désactiver ces aides, le jeu n’est pas conçu pour, et le joueur se retrouve alors à marteler le bouton A un peu partout pour en trouver le maximum. Mais le plus frustrant reste les interrogatoires figés, puisqu’il n’incombe au joueur que de savoir si un témoin ment ou non, en lui présentant une preuve si nécessaire (Phoenix Wright es-tu là ?). D’ailleurs, même si on oublie des indices ou si les témoins sont mal interrogés, la résultat final de l’enquête n’en sera que peu ou prou modifié.



Concernant le reste du jeu, il lorgne là aussi dans le classicisme. Comme dans un GTA, il sera possible de réquisitionner n’importe quel véhicule pour explorer librement la ville, qui pour le coup est quand même gigantesque. Aller d’un bout à l’autre peut facilement prendre un bon quart d’heure. Ce sera d’ailleurs assez préjudiciable lorsqu’en route pour un lieu d’enquête, un appel de police vous demandera en renfort pour une fusillade à l’extrême opposée. Probablement consciente du phénomène, l’équipe en charge du jeu vous donnera la possibilité d’effectuer des voyages rapides en demandant à votre partenaire de conduire. Mais vu que la conduite est plutôt agréable (bien plus souple que dans GTA IV en tout cas) ce serait dommage d’en abuser, surtout que la ville contient pas mal de « collectables » à dénicher. Parmi les autres types de phases de jeu, il sera bien souvent nécessaire de courir après un suspect en fuite, d’en tabasser un ou encore mieux de jouer de la gâchette. Dans ce dernier cas de figure, les fusillades sont plutôt simples, vu qu’il suffit de rester à couvert et d’attendre le bon moment pour tirer en profitant d’une visée semi automatique. Heureusement finalement vu la faible réactivité du personnage quand il s’agit de se mouvoir ou de se mettre à couvert. D’ailleurs, à dire vrai, tout est un peu trop simple dans le jeu. On ne bloque jamais plus de quelques minutes, et même si une scène d’action devait vous mettre en échec, il est possible de la passer purement et simplement. On se laisse guider dans ces successions d’épreuves sensées ajouter de la variété, mais globalement, le jeu a tendance à trop se répéter, surtout dans les petits crimes de rues.

C’est reparti comme en 40

Si le constat parait à ce point plutôt négatif, il n’en est rien. Une fois la déception passée, on se prend tout de même au jeu. S’il n’est pas révolutionnaire, LA noire reste plutôt efficace, et ce en grande partie grâce à sa narration à toute épreuve. Les personnages sont comme toujours chez Rockstar profonds et loin des clichés pré-établis. Si l’ambiance générale n’est peut-être pas assez « Noire », elle accrochera tout de même le joueur grâce à des dialogues croustillants et souvent critiques vis-à-vis de la société de l’époque. En vérité L.A. Noire est un jeu d’aventure plutôt bien ficelé, mené par des personnages forts et une histoire qui tient la route. Malgré les tares du gameplay, ceux qui attendent avant tout d’être transportés dans une histoire palpitante seront pleinement comblés. Ils auront pour eux une longue quête d’environ 25 heures, qu’ils pourront tenter de recommencer pour décrocher les tant attendues 5 étoiles dans chaque enquête.



On en a déjà parlé, L.A. Noire a pour lui un très grand souci du détail. Graphiquement le jeu s’en sort plutôt bien, malgré un affichage parfois tardif des textures. On lui pardonnera toutefois cet écart vu la taille de la ville et un horizon relativement lointain. Le jeu propose un cycle jour/nuit et une légère gestion de la météo, même si ceux-ci n’auront pas grand impact sur la conduite. L’ambiance sonore est pour sa part de bonne qualité. On a déjà parlé des musiques et des doublages, mais les bruitages divers ne sont pas en reste, et sont particulièrement bien rendus avec une bonne installation 5.1.


http://www.dailymotion.com/video/xi0let

Décevant, LA noire l’est forcement. Sur le papier le jeu avait l’air révolutionnaire, mais dans les faits, le jeu se révèle bien trop classique. Les phases d’enquêtes, pas assez ouvertes, ne laissent pas assez de place à l’esprit d’analyse du joueur. Heureusement, le jeu se rattrape par un minutieux souci de reproduction historique et une écriture de grande classe (comme toujours chez Rockstar). Les amateurs de jeux d’aventure seront comblés. Dommage qu’au final LA Noire ne soit que cela, alors qu’il aurait pu être bien plus.

+

  • Très bonne ambiance sonore
  • Personnages non manichéens
  • Dialogues savoureux
  • Une ville immense
  • Modélisation faciale aux petits oignons
  • Background extrêmement recherché

-

    • Enquêtes trop dirigistes
    • Des quêtes secondaires redondantes
    • Maniabilité un peu rigide
    • Ambiance pas assez « Noire »
    • Pas de doublage français
  • 06.06 à 02:32

    Je vais ajouter mon avis au débat sur le non doublage en version française du jeu. Je crois que ce que tout le monde oublie c’est que l’intérêt de leur technologie de motion scan c’est de pouvoir retranscrire aussi bien les animations faciales issues du jeu d’ACTEUR. Oui une des spécificités de LA noire c’est aussi de nous présenter le visage d’acteur connus et reconnus. Mais on oublie souvent qu’un acteur a aussi une voix… Et que forcemment un doubleur même bon ne peut techniquement pas retranscrire ce jeu à la perfection (surtout qu’entre un acteur pro et un doubleur de jeu vidéo en France y a souvent une différence dans la qualité d’interprétation). Alors oui Mass effect et Dragon age ont de bons doublages français mais la version anglaise reste malgré tout meilleure et il ne faut pas oublier que pour les pauvres consoleux qui auraient voulu suivre le jeu en vo ce n’était pas possible car seule la vf était dispo sur la galette… Du coup le débat serait plutôt un débat vo contre vf et chacun choisit son camp, mais en ce qui me concerne je préfère faire un petit effort de lecture plutôt que de perdre en qualité.

    J’oubliais qu’on est aussi dans un jeu qui retranscrit le Los Angeles des années 40 et que comme le russe pour metro 2033 la vo permet tout de même une bien meilleure immersion.

  • 05.06 à 11:10

    :? Avec un peu de recul, je suis finalement déçu par ce jeu malgré de belles choses entrevues, comme la crédibilité des acteurs et l’atmosphère du L.A. d’après guerre bien retranscrite. Malheureusement, les enquêtes se suivent et se ressemblent beaucoup et la recherche d’indices devient assez vite redondante. Et ce n’est pas les quelques quêtes secondaires, également répétitives, qui changeront ce sentiment de lassitude. Bref, ce L.A. Noire ne restera pas dans ma mémoire et je ne pense même pas le terminer…

  • 03.06 à 02:20

    Excellent !!! Jeune oui il y’à une ressemblance !

  • 03.06 à 10:00

    ouais, moi je trouve que cole phelps ressemble à Bourvil.

  • 03.06 à 07:15

    Fan de Rockstar, je suis un peu déçu moi aussi par ce jeu, même si je reconnais de gros points forts. Une chose qui me gêne particulièrement, c’est l’absence du soucis de détail que l’on retrouve dans les GTA par exemple.
    Vous partez en mission, vous prenez rapido votre caisse sans prendre votre coéquipier qui reste sur le bord de la route, vous arrivez sur les lieux de l’enquête, vous vous retrouvez avec votre coéquipier qui sort de la voiture qui n’est même pas celle que vous avez pris si vous vous êtes amusés à en prendre une autre que celle garée devant le commissariat.
    Dans les ballades à pied, vous butez parfois dans des éléments immuables comme des poubelles en métal alors que d’autres bougent en conséquence. En pleine poursuite à pied, une balançoire aura vite fait de vous bloquer, de même que certains personnages qui ne réagissent aucunement aux collisions. Quand à sautez au dessus d’un muret bas, il faut systematiquement que vous ayez l’impact pour que dans un deuxième temps il fasse un saut et pendant ce temps le fuyard vous met 10 mètres.
    Lors des poursuites en voitures, lorsque votre coéquipier à crevé les pneus du fuyard, vous descendez en trombe de votre véhicule, vous restez collé à lui l’arme au poing, et là vous avez droit à une animation qui vous montre vous rapprochant du véhicule. Bref, le timing n’est pas non plus au point. De même certaines dans certaines poursuites, le criminel semble avoir un véhicule digne des virages du cinquième élément alors que votre charette vous emènera difficilement à bon port surtout si vous avez le malheur de rencontrer une barrière en bois qui entoure les maisons (bois qui est bien sûr armé et blindé pour résister à l’attaque d’un boeing sans doute en hommage au 11 Septembre). Pour d’autres jeux ce sont des détails qui passeraient mais Rockstar nous a habitué à beaucoup mieux…
    De plus je trouve regrettable que toutes les missions annexes de Police se soldent par l’abattage systématique du fauteur de trouble. 2 balles dans le bras tuent le personnage. De toutes façons si vous ne le tuez pas lui vous fera la peau. Pour un membre des forces de l’ordre, j’aurais aimé pouvoir faire un peu plus dans la dentelle.
    Enfin même si les interrogatoires sont un gros point fort, je trouve franchement pas facile de déterminer mensonges et vérités dans pas mal de cas surtout qu’il y a incroyablement peu de personnages qui se trouvent finalement à ne jamais mentir, du simple serveur au pire des criminels.
    Ca reste un bon jeu mais sans plus.

  • 03.06 à 01:17

    Moi par exemple…ça me gonfle un peu de lire les sous-titres et de louper pleins de choses à l’écran ! En tout cas, c’est tout à fait possible de proposer plusieurs langues dans la galette…Métro 2033 en est le parfait exemple…Français, Russe ( excellente immersion ), Anglais, Italien, Espagnol…rien que ça ! Alors entre nous, vous ne croyez pas qu’ils pourraient faire un effort avec tous les millions qu’ils engrangent ????

    Perso, rien à foutre de la synchro labiale même si leur boulot a du être colossal ! J’aurai préféré avoir un jeu dans ma langue pour en profiter pleinement ! Mais surtout, j’aimerai qu’on me laisse le choix de la langue, ça me parait un minimum !

    J’aimerai bien voir la réaction des anglais si le jeu n’avait été localisé qu’en Français…! Ma foi, ça reste un bon jeu…répétitif à la longue !!!

  • 02.06 à 09:58

    Le jeu n’a pas 400 personnages loin de là. Certains personnages peu importants sont réutilisés (en tout cas beaucoup de femmes dans le jeu ont strictement la même tronche), et encore une fois le motion Scan permets uniquement de mieux animer les visages c’est tout. Dans le cinéma on arrive à doubler des jeux, C’est largement faisable dans les jeux… et certains éditeurs s’en sortent très bien. La preuve que ce n’est pas la faute du motion scan, c’est que les précédents jeux de l’éditeur ont le même problème.

    Et je connais des jeux avec beaucoup plus de textes et de personnages doublés avec qualité comme par exemple Dragon Age.

    De plus, je peux comprendre que des jeux à risque ou venant de petits éditeurs ne soient pas doublés, mais quand il s’agit de grosses productions bien vendeuses, c’est vraiment malvenue. Et puis, pour un jeu Immersif dont la force est dans la mise en scène et les dialogues ca fout quand même super mal. On y perds carrément en immersion. Pour ce qui est de l’argument du fait que l’oeuvre perd son sens en étant doublé, je ne pense pas qu’un doublage vocal fasse perdre plus de sens que des sous titres, bien au contraire. Les sous titres sont souvent source de troncage des textes pour qu’on puisse mieux les lire dans les temps. C’est ici qu’on perd du sens le plus souvent. Je ne pense pas qu’ajouter un doublage vocal fasse perdre plus de sens, mais au contraire permettrait de mieux coller à l’origine du texte. Vu qu’une personne Lambda lire les textes et ne s’amusera pas à écouter les paroles anglaises qui pour elle ne sera rien de plus qu’un bruit de fond inintelligible.

    Tout le monde ne parle pas anglais, et n’a pas envie de le faire. Si pour ma part j’arrive à passer outre, même si ca m’emmerde, je connais plus d’une personne que ca dégoute tout simplement de la production de devoir lire des sous titres.

  • 02.06 à 09:32

    Rockstar ne fera jamais doubler ses jeux , ils ont le même point de vue des puristes du cinema en VO c’est à dire l’oeuvre exacte et pas doublé qui perd du sens .
    Je devrais tester quelques enquêtes en VOSTFR et je suis sure que le sens et les textes sont parfois modifiés et alors on n’a plus vraiment le contenu originel .
    Avec un niveau d’anglais pas trop mal en compréhension je me force a regarder le plus de films en VO langue anglaise sous titrées anglais , ça me permet à force de m’habituer et de ne pas louper des choses qui ne sont pas toujours évidente à l’oreille .
    Ici il faut se rendre compte que chaque personnage à sa propre voix et donc il aurait fallu 400 doubleurs par langue pour ne pas perdre une certaine qualité et se retrouver avec plusieurs fois la même voix , vous imaginez le budget ?
    Le jeu tenant déjà sur 3 dvds il aurait encore fallu le zoné pour chaque pays doublés pratiquement !
    C’est ici la limite du motion scan , couteux en acteurs et la première prise doit être la bonne .

  • 02.06 à 08:37

    Grosse déception en ce qui me concerne: ma crainte s’est confirmée: Cole Phelps n’a vraiment aucun charisme. Pour un personnage principal, même destiné à être incarné par le joueur, c’est vraiment un gros point noir. Mais ce qui m’a vraiment rendu fou, en plus de la conduite (pour moi bien moins bonne que sur GTA où l’on sentait la lourdeur du véhicule), de la ville nue et du caractère très artificiel de la recherche d’indices ("mmh, je pense que ça n’a rien à voir", merci Cole, laisse-moi jouer), c’est le découpage incessant des séquences de jeu. La ville a beau être continue, je me suis senti constamment enfermé par la chose à faire (trouver l’indice, interroger, etc.).

    J’espère que Deux Ex HR tiendra ses promesses. Je commence à m’ennuyer un peu sur ma 360…

  • 02.06 à 08:22

    [quote="kelanflyter"][quote="Tsubasa"]Le souci, c’est que le doublage de L.A. Noire en français est techniquement impossible, vu que les animations faciales (y compris quand ils parlent) ont été directement prises sur les acteurs. Du coup, avec un doublage français, la synchronisation labiale aurait été complètement à la ramasse, je pense. A moins qu’ils se soient donné les moyens de faire un vrai doublage de film. Bon test sinon. ;)[/quote]

    Bah dans les films, les doubleurs doivent bien se caler sur les levres des acteurs et ils s’en sortent generalement pas si mal. Donc techniquement c’est possible dans un jeu video. Le osucis concerne plus le precessus generalement utilisé dans les doublages de JV, ou généralement les doubleurs n’ont pas la scene devant les yeux comme pour des films… mais bon, un process, ca se change…[/quote]

    Ouais mais dans ce cas la il ne faut pas espérer une sortie mondiale vu que les jeux sont doublés pendant le développement du jeux, ça retarderait la sortie française de plusieurs mois et pour le coup se serait les joueurs qui ferait la geule.

    Non pour le coup la remarque est vraiment déplacé, autant on peut critiquer Sega de ne pas faire l’effort de sous titrer les Yakuze et les Valkyria Chronicles, autant la le jeux est tout de même localisé. Surtout qu’en général pour les jeux japonais ça râle toujours si il n’y à pas le doublage d’origine.