Jeux

Mass Effect Edition Légendaire

Action/Aventure | Edité par Electronic Arts | Développé par BioWare

5/5
One : 14 mai 2021 Series X/S : 14 mai 2021
17.05 à 10h18 par

Test : Mass Effect Edition Légendaire sur Xbox One

Il est une légende

Fantasmée depuis au moins l’apparition massive des remasters la première année de sortie de la Xbox One, la compilation regroupant la trilogie de la série culte Mass Effect est enfin disponible avec une sortie conjointe en compatibilité sur les nouvelles Xbox Series X|S. Neuf ans après un final controversé, puis la déception Andromeda, ne serait-ce pas le moment idéal pour repartir faire la guerre aux Moissonneurs ?

Difficile de nier que Mass Effect est une licence fortement attachée aux cœurs des joueurs Xbox. Nouvelle licence de Bioware -créateur du déjà grandiose et exclusif à la première Xbox : Star Wars Knights of the Old Republic- le titre a nettement contribué à l’attente folle autour de la Xbox 360 dont il fut l’un des premiers gros titres exclusifs annoncés. Véritable claque à sa sortie en 2007, pour tous les amateurs de RPG et jeux d’actions, il faisait passer le genre à un autre niveau en termes de dynamisme, de mise en scène et surtout d’ambitions. Dans le scaphandre ultra moulant du commandant Shepard –nom rendant directement hommage à l’acteur vedette de L’étoffe des héros et se rapprochant phonétiquement du mot anglais shepherd, qui signifie berger en Français- vous allez devoir entreprendre un voyage à travers toute la galaxie connue. Vous voilà à la poursuite de Saren, agent spécial au service du conseil, et de ses alliés Geths, IA rebelle qui a déclaré la guerre à l’humanité. Toute cette bande de joyeux drilles, accompagnés de la matriarche Benezia pour la touche de glamour, sont bien décidés à réveiller la race longtemps disparue des Moissonneurs, véritables instigateurs de l’apocalypse version cybernétique.

De simple soldat de l’alliance humaine en début d’aventure, Shepard prendra rapidement la place de son antagoniste au sein des Spectres, tout en héritant du Normandy, vaisseau surpuissant autrefois aux ordres de son mentor le commandant Anderson. Au fil de son aventure, il recrutera toute une brochette d’alliés aux origines aussi diverses qu’aux personnalités attachantes, dont le souvenir restera très longtemps dans la mémoire des joueurs. Tour de force magistral, le premier épisode de Mass Effect n’a absolument rien perdu de sa superbe, même après 14 ans. Cela se traduit par une quête longue et prenante, remplie de planètes à découvrir, de lieux à explorer et de rebondissements, couplés à des dialogues qui n’ont pas pris la moindre ride. Le titre garde son statut de jeu culte, renforcé par des ajouts sur ce remaster particulièrement appréciable.

Mass Effect EL 3

La mise à jour graphique fait clairement plaisir à voir. Nouveaux modèles tirés directement du troisième épisode, textures haute résolution et effets de lumières améliorés redonnent une seconde jeunesse au titre. Un renouveau accentué de plus par une résolution native désormais en 4K et avec un framerate constant à 60 FPS, du moins sur Xbox Series X. Les consoles Xbox One X et Xbox Series S pourront toutefois profiter du même framerate, mais couplé à une résolution 1440p, alors que les possesseurs de Xbox One devront se contenter du 1080p pour ressentir le boost d’images par secondes. La version Series X peut d’ailleurs monter jusqu’à 120 FPS en sacrifiant la résolution et en ayant bien évidemment une télévision compatible au 120hz. Les ajouts ne s’arrêtent pas à un simple gain esthétique, et proposent également une modification assez radicale du gameplay en combat. Directement repris du deuxième épisode, à l’exception notable du système d’arme en surchauffe remplacé par un système plus classique de munitions par la suite, le gameplay est désormais arrangé et nettement moins frustrant. Le système de visée et les déplacements gagnent énormément en dynamisme et même si encore très loin des standards habituels des TPS -la série des Gears of War en tête- Mass Effect se veut désormais beaucoup plus souple et agréable. La chauffe de l’arsenal déjà citée se veut également moins abusive et rend les armes comme le fusil à pompe ou le fusil de sniper beaucoup moins inutiles qu’auparavant. Dommage toutefois que l’endurance en sprint soit toujours aussi courte, que ce soit en action et surtout lors de l’exploration libre. Les nouveaux venus trouveront probablement le tout encore un peu vieillot et devront accomplir une certaine acrobatie mentale pour se mettre au niveau. A contrario les vieux de la vieille apprécieront le coup de polish portant un TPS de 2007 rigide au niveau de jouabilité d’un TPS de 2010 sympa.

Mass Effect EL 5

Les phases de shoot à pied ne sont pas les seules à avoir reçu un coup de neuf. Désormais les voyages en Mako -tank mobile permettant d’explorer les planètes librement- tant critiqués sont devenus nettement plus agréables. Se dirigeant à la manière du Warthog de Halo (la sensation de flottement et la direction changeant selon l’angle de votre tourelle ne sont plus d’actualités) le tank semble désormais plus proche d’une jeep tout-terrain et même la visée sous scope se veut plus précise. Plus aucune raison dès lors de délaisser les missions secondaires et vous pourrez savourer avec plaisir les nombreux copier-coller des décors des missions annexes, qui ont toutefois le mérite d’être toutes scénarisées avec soin. Quelques menus détails, plus subtils, viennent également parfaire l’expérience, comme les temps de chargements quasiment invisibles et donc la possibilité de zapper les ennuyeux dialogues d’ascenseur lors de l’exploration de la glorieuse Citadelle, capitale des espèces intelligentes. Les menus quant à eux restent inchangés, seul le HUD en action étant totalement nouveaux. Niveau regrets, on pourra constater tout de même des animations un brin vieillotte, se mariant parfois bizarrement avec les modèles améliorés de certains personnages et surtout une utilisation du lens flare exagérée, semblant parfois rendre hommage aux Star Trek de JJ Abrams. La possibilité de les retirer n’aurait pas été du luxe, même si l’on reste très loin de la catastrophe vue sur Hitman Absolution.

Mass Effect EL 7

Concernant les épisodes 2 et 3, qui ont vu la série devenir multiplateforme à la suite du rachat de Bioware par EA, autant éviter le plus possible d’en résumer l’histoire pour ne pas gâcher la surprise aux nouveaux arrivants découvrant la trilogie avec cette édition. Il faut savoir toutefois qu’ils faisaient passer la série à un autre niveau, reculant certes de plus en plus au fil des épisodes sur  l’aspect RPG -qui peut d’ailleurs être totalement ignoré dans l’épisode 3 selon le désir du joueur- pour renforcer le côté action, via un gameplay de plus en plus soigné et des possibilités au combat renforcées. Heureusement, il en était de même pour la mise en scène des cinématiques, de plus en plus épique, et les nombreux scripts et rebondissements de l’aventure. L’écriture générale n’étant pas en reste, notamment via les dialogues, tantôt tragiques ou parfois hilarants, ainsi que par les nombreux co-équipiers dont l’épisode 2 marque le point culminant. Chacun d’eux vous laissera une fois de plus une trace indélébile et si les nouveaux venus de l’épisode 3 sont quant à eux franchement décevants, le point culminant se trouvera pourtant dans le même épisode, lors du mythique DLC « Citadelle » où tout ce beau monde sera à nouveau réuni, en partant du principe que malgré vos choix passés ils soient toujours tous en vie.

Mass Effect EL 2

Il faut d’ailleurs noter qu’absolument tous les DLC -à l’exception d’une arène de combat strictement inutile pour le premier épisode- sont compris dans cette édition. On passera rapidement sur l’équipement, armes et armures qui parfois se veulent un peu trop puissants, ou encore le sympathique mais dispensable « Trouble à 90.000 pieds » du premier épisode, mais impossible de faire l’impasse sur ceux des épisodes suivants. Ils vous permettront notamment de profiter de 2 nouveaux co-équipiers dans l’épisode 2, principalement l’attachante espionne Kasumi, ainsi que de vivre une nouvelle aventure au côté de l’attachante Liara T’soni et surtout de profiter de « L’arrivée », véritable point d’attache entre la fin de l’épisode 2 et le début du troisième. Mass Effect 3 profite d’ailleurs de DLC tout aussi excellents, voire plus. Déjà cité, Citadelle propose une aventure longue, drôle et bourré de fan-service à l’attention des fans de la première heure ; Omega vous renverra visiter l’un des lieux les plus mythiques de la série et Leviathan vous plongera en visite dans les fonds marins à la rencontre d’une créature aussi impressionnante que riche en révélations. L’ajout d’un équipier, encore une fois de qualité, en la personne du Prothéens clôt la liste du contenu supplémentaire qui, pris dans sa globalité, est quasiment équivalent à la durée totale d’un épisode individuel. Le tout vous tiendra occupé très facilement plus de 100h et cela bien sûr en ne comptant qu’un seul et unique run. La rejouabilité de Mass Effect est très importante, sachant que vos choix et leurs conséquences peuvent marquer la suite de votre partie et que votre sauvegarde s’importe d’un épisode à l’autre.

Techniquement, si la différence est nettement moins visible entre les premières et les nouvelles versions de Mass Effect 2 et 3, elle est tout de même bien présente et justifie clairement la raison d’être de ces remasters. La hausse de résolution et de framerate, aux caractéristiques similaires à celles du premier épisode, font un bien fou aux deux titres, particulièrement pour les propriétaires d’écran 4K. Les modèles haute définition font également plaisir à voir, ainsi qu’un contraste global et des éclairages nettement plus impressionnants. De plus, l’ajout d’un mode photo ravira les Robert Capa virtuels et permettra aux plus nostalgiques de réparer l’affront à la suite des retraits sur les plans les plus marquants de la personnalité de Miranda.

5/5
Pour faire simple : Mass Effect Edition Légendaire est tout simplement la meilleure version actuellement jouable de la trilogie sur console de salon. Très largement au-dessus des éditions originales sorties sur les consoles Xbox 360 dans lesquelles les épisodes semblaient souvent trop à l’étroit, et encore un cran au-dessus des versions rétrocompatibles sur Xbox One, la trilogie Mass Effect conserve absolument toutes ses qualités. Des atouts sur lesquels le temps ne semble avoir absolument aucune emprise. Une saga mythique du jeu vidéo qui fera autant le bonheur des nouveaux venus que celui des anciens. Je suis le commandant Shepard et cette trilogie est ma préférée de la galaxie.

+

  • Trois jeux mythiques
  • Plus de 40 DLC, dont plus d’une dizaine scénarisés
  • Des ajustements graphiques et ludiques réussis pour le premier épisode
  • 4K/60 FPS sur Xbox Series X
  • 1440p/60 FPS sur Xbox One X et Xbox Series S

-

    • Une option pour retirer le lens-flare serait la bienvenue
    • Encore quelques bugs visuels de temps en temps