Jeux

Battlefield V

FPS | Edité par Electronic Arts | Développé par DICE

4/5
One : 19 novembre 2018
12.12 à 10h25 par

Test : Battlefield V sur Xbox One

Fields of gold ?

Après un Battlefield 1 convaincant en 2016, DICE reprend sa marche en avant pour sa série phare et braque les projecteurs sur la Seconde Guerre mondiale qui lui a tant réussi par le passé. Une marche en avant, certes, mais souvent sinueuse avec des formules plus ou moins convaincantes. On prend les mêmes et on recommence ? C’est heureusement un peu plus que cela.

Difficile d’aborder un nouveau Battlefield sans parler de tous les épisodes qui sont venus avant. Tous, ou pour être plus honnête, ceux qui ont marqué les esprits (en tout cas le mien !). On n’oubliera pas qu’à l’origine Battlefield 1942 fut un FPS essentiellement multi-joueurs dont la grande force était de rassembler beaucoup plus de monde que la concurrence sur une seule carte et le tout avec forces motorisées et blindées. Sur Xbox le constat démarre avec Battlefield 2 Modern Combat, un FPS trop gourmand pour la première console Microsoft et un Xbox Live encore à ses débuts mais pourtant très efficace. L’explosion survient avec la série spin off Bad Company. Si le solo marque un tournant, l’expérience multi est sans doute l’une de mes plus marquantes sur Xbox 360. Destruction avancée, mélange de combats urbains qui favorisent l’infanterie et des tirs en zones plus dégagées où règnent les blindés : Bad Company reste une formule marquante dans l’évolution de la série.

bf 5 test 5

N’oublions pas le très sympathique 1943, à l’origine simple FPS du catalogue Xbox Live Arcade mais qui va connaître un succès dans la durée grâce à une formule calibrée proche de la perfection. Avec Battlefield 3 et 4 la série passe un cap sur Xbox One et propose, enfin, des batailles plus vastes. Mais dans le même temps, Battlefield se frotte à de sérieux problèmes de code réseau qui plombent en partie les bonnes intentions du studio suédois. On n’évoquera pas trop Hardline, aussi inattendu que destiné à tomber dans l’oubli. Trop moyen, pas assez spectaculaire, malgré un solo plus que correct et des combats essentiellement piétons très nerveux. Avec Battlefield 1, DICE remettait les choses à plat, avec quelques imperfections vite oubliées sur la durée.

Battlefield V reprend la formule instaurée l’année dernière avec un jeu en deux pans, le solo et le multi. Si historiquement la série a toujours brillé par son multi, les récits de guerre de Battlefield, assez inégaux, représentaient, enfin, une tentative de proposer un solo digne de ce nom. Ces nouvelles « War Story » de Battlefield V restent malheureusement pour l’instant (on vous explique pourquoi plus loin) assez inégales et pas vraiment mémorables. La première en particulier avec son humour à deux balles et son gameplay mal équilibré fait figure de douche écossaise. Les deux suivantes sont meilleures mais on est loin de l’aventure inoubliable. Depuis quelques jours, un quatrième récit convaincant vous mettant dans la peau d’un commandant de char Tigre en 1945, est venue gonfler l’offre solo du jeu. A l’inverse de Star Wars Battlefront II qui a opéré par ajustements successifs, Battlefield V propose sans détours un contenu qui s’enrichira de manière totalement gratuite. Rien que pour ça, difficile de noter le jeu de manière classique.

bf 5 test 2

Proposer du contenu gratuit c’est bien. Du contenu de qualité c’est mieux. Sans trop vous spoiler les différents récits, on ne pourra s’empêcher de bailler entre deux cinématiques réussies, à cause d’un gameplay souvent peu inspiré quand il n’est pas carrément mal équilibré (Merci d’arrêter les phases d’infiltration pour la suite s’il vous plait !). Pourtant les intentions sont bonnes et DICE présente ces récits comme des témoignages plus humains, avec des personnages assez éloignés des stéréotypes habituels. Mais si l’idée est plus que louable, ce « devoir de mémoire » est souvent maladroit, difficile de faire vivre quelque chose d’émouvant quand le gameplay se révèle souvent trop basique et le level design pas vraiment inspiré. On n’ira pas plus loin car le projet est intéressant et que le studio a le courage de proposer des aventures « solo » quand Call of Duty abandonne le terrain pour lorgner du côté du Battle Royale et appâter le gamer.

Battlefield V soigne son multi-joueurs et abandonne le modèle de progression de Star Wars Battlefront II qui a fait tant débat (disons plutôt polémique). On retrouve les quatre classes de combattant avec le fusilier, le support, le sniper et le médecin. Chacune de ces classes est elle-même personnalisable pour orienter votre gameplay. Le fusilier peut ainsi être une machine anti-infanterie ou un expert anti-tank. Un rôle qui permet de mettre en avant un gameplay plus que jamais orienté vers l’esprit d’équipe. Le fusilier et ses ravitaillements de munitions prend du galon puisque désormais les soldats partent au front avec beaucoup moins de cartouches dans leur besace. Je n’ai pas souvenir d’être aussi souvent tombé en rade de munitions dans un FPS (il faut dire que je suis assez mauvais pour mourir parfois sans tirer une balle).

bf 5 test 1

Cet esprit d’équipe est au centre du jeu, pour le meilleur et pour le nettement moins agréable. On passera donc tout de suite sur le désagrément de jouer dans un squad où personne ne se suit et personne ne se ranime pour justement parler de cette nouvelle fonctionnalité. Désormais tous les membres de votre squad, pas seulement le médic, peuvent vous relever. Un réflexe salvateur et qui récompense le squad avec des points que le leader pourra cramer pour faire appel à des appuis très puissants. Tank spéciaux, tir d’artillerie ou encore passage de bombardier, la liste est riche et devrait inciter les joueurs à en profiter. Mais, comme je le disais, Battlefield se déguste entre amis, beaucoup moins avec des inconnus. On se retrouve alors trop souvent dans un squad composé de snipers qui ne jouent que les frags et jamais l’objectif. Mais je m’égare. En revanche on ne se perdra pas souvent dans les différentes maps qui ne sont pas les plus vastes que la série a pu proposer. Un constat qui va de paire avec un gameplay qui fait la part belle aux piétons. Un choix finalement judicieux mais qui pourra surprendre les vétérans.

Ce multi-joueurs s’enrichira de nouvelles cartes et de nouveaux modes de jeu dont le très battle royalesque Firestorm. On attendra donc encore quelques semaines pour se faire un avis sur cet ajout qui ne semble pas forcément coller avec l’ADN du jeu (sans déconner !). On rappellera en revanche que l’offre multi-joueurs va suivre un calendrier d’ajouts gratuits. Des ajouts qui, sur le papier, sont à la hauteur de ce que les traditionnels Season Pass proposaient dans la série. Et si je vous ai, longuement, parlé des différents épisodes en préambule (non je ne suis pas payé au signe !) il y a bien un point commun entre tous ces jeux sortis sur consoles : la qualité des suppléments. Chaque Battlefield a toujours gagné dans la durée avec des modes inédits voire des ajouts spectaculaires comme Bad Company 2 : Vietnam. On regrettera en revanche le système de progression de classe qui se révèle à la fois contraignant et chronophage avec son système de missions façon Free to Play.

bf 5 test 3

L’important pour un FPS c’est le contenu et le gameplay mais pas question de ne pas toucher un mot ou deux sur ses qualités graphiques. Une fois de plus le Frostbite Engine souffle le chaud et le froid (c’est cadeau). Durant les parties multi-joueurs le résultat est solide avec un framerate qui ne souffre pas trop et pas mal de destructibilité des décors. Pas mal, mais pas tant que ça en fait et c’est bien dommage. Le constat est plus sévère pour le solo qui peine à trouver un rythme et surtout ne propose pas vraiment de séquences spectaculaires. Un comble pour le genre, ou bien c’est moi qui vire blasé avec le temps.

4/5
Les Battlefield, c’est comme les saisons. Ils se suivent (presque) d’une année sur l’autre. La plupart du temps ils nous apportent ce que l’on attend, et parfois ils sont décevants ou alors meilleurs que prévus. Avec Battlefield V on est en terrain connu, un titre qui a su déminer la polémique avant son lancement pour proposer une progression sans passage par la case Carte Bleue. La formule est séduisante et le premier ajout prouve que le titre de DICE va prendre du galon dans la durée. Un excellent épisode malgré un démarrage qui se contente du service minimum et qui compte sur sa communauté pour patienter entre chaque mise à jour majeure.

+

  • Gameplay qui fait la part belle à l’infanterie
  • Tous les suppléments gratuits
  • Une progression sans CB…

-

    • … mais terriblement chronophage
    • Récits de guerre peu convaincants
    • Contenu un peu chiche au lancement