Jeux

The Surge 2

Survival | Edité par Focus Home Interactive | Développé par Deck13

4/5
One : 24 septembre 2019
19.10 à 18h50 par - Rédacteur en Chef

Test : The Surge 2 sur Xbox One

Crois-tu donc renverser ma ville avec du vent ?

Après la belle petite gamelle que fut Lords of the Fallen, Deck13 a appliqué à la lettre le précepte populaire en remontant aussitôt à cheval pour nous donner en 2017 The Surge, un Dark Souls-like futuriste très plaisant. Aussi bien accueilli par la critique que par les joueurs, ce jeu d’action-RPG brutal et sans concession se devait donc de confirmer ses bonnes bases au travers d’une suite. Deux ans après nous arrive The Surge 2, portant sur son exosquelette le poids d’une attente forcément plus grande sur un terrain relativement calme en ce début de fin de génération.

The Surge, c’était en 2017 l’addition de plein de bonnes idées et de moyens relativement limités dont le résultat a, d’une certaine manière, de quoi faire sourire par son audace. S’inspirant jusque dans les moindres détails de la recette initiée par From Software avec les Souls, le jeu de Deck13 est cependant parvenu à ne pas être l’ersatz raté que pu représenter à sa façon Lords of the Fallen, pour délivrer une expérience dont la limite budgétaire n’a d’égal que la façon brillante dont chaque chose à été mise à profit. Non, on n’a pas vraiment pesté contre la relative répétitivité des environnements clos, industriels qui ont défilé des heures durant ; on a plutôt loué le dynamisme, l’équilibre général maintenu entre challenge et sentiment de pouvoir, à un moment ou à un autre, surpasser l’adversité. The Surge c’est l’équivalent d’un repas pour lequel on félicite son artisan qui est parvenu à mêler avec beaucoup de réussite des ingrédients récupérés au fond du réfrigérateur. Mais les choses changent avec The Surge 2. On laisse de côté les couloirs de l’entreprise CREO pour se plonger dans la ville de Jericho, la bien nommée. Coupée du monde extérieur par les immenses murailles qui l’entourent, la ville est plongée dans le chaos. La profusion incontrôlée de « nanites » a semé le trouble, rendu fous certains habitants et dans cet espace où la réalité n’est plus qu’affaire d’interprétation, les rapports de force changent eux aussi. Chacun y va de sa course à son intérêt personnel, chacun poursuit une quête qui n’exclue pas de faire usage de la force contre quiconque se dressera sur son chemin. Et il y a vous, rescapé d’un crash d’avion poursuivant les étranges images d’une fillette qui parfois surgissent du néant. En quête de réponses et partiellement amnésique, évidemment, vous voilà lancé à la conquête des rues de Jericho.

surge 2 test 1

Souls-like oblige, la narration n’est pas franchement le centre d’intérêt de The Surge 2. Et s’il n’atteint pas le niveau de maitrise avec lequel Dark Souls est capable de suggérer les choses et de distiller tout un univers sans jamais rien dire ou presque, The Surge 2 est tout de même plus travaillé que son prédécesseur. On croise beaucoup plus de PNJ que par le passé, on a l’occasion de leur poser quelques questions et d’en apprendre un petit peu plus sur la folie qui imprègne chaque mètre carré de Jericho. Il y a aussi pas mal de journaux audio à découvrir. Mais c’est surtout le choix fait cette fois de nous propulser dans des environnements plus vastes et plus diversifiés qui contribue à donner à The Surge 2 un cadre plus prégnant que celui des usines et locaux de CREO. Dans les rues dévastées, les immeubles souvent délabrés et parfois habités, les toits et les sous-sols ; même à l’occasion dans des lieux plus verdoyants pour apporter un peu de couleur dans ce monde grisâtre, The Surge 2 dépeint un univers futuriste/post-apocalyptique qui ne brille pas par son originalité mais qui fonctionne. On aurait aimé que cela aille un peu plus loin, qu’il s’en dégage une aura singulière, mais dans les grandes lignes, ça se tient. Cela est d’autant plus vrai que le jeu de Deck13 délivre une prestation visuelle tout à fait correcte. L’ensemble est cohérent, paradoxalement « vivant » bien que ce soit la mort qui vous guette à chaque coin de rue. En termes de technique pure, on n’oublie pas que l’on est devant une production à mi-chemin entre le double et le triple A, ce qui peut nous faire regretter une certaine inconsistance parfois entre différentes textures et des animations qui manquent peut-être un peu de souplesse. Testé ici sur Xbox One X, The Surge 2 s’en sort bien du côté du framerate, avec des petites chutes occasionnelles mais globalement sans conséquence sur le gameplay.

surge 2 test 2

Là où l’on peut en revanche véritablement louer le travail des développeurs sur les environnements, c’est du côté du level-design. On sent immédiatement -et cela se vérifie à mesure que l’on avance- que Deck13 a voulu donner au joueur les moyens de comprendre et d’appréhender le monde qui l’entoure de la façon la plus naturelle qui soit. Les nombreuses interconnexions entre les zones sont placées là où il faut : déloquer un passage vers une station médicale (équivalent des feux de camp de Dark Souls) est quelque chose qui se mérite, forcément, mais on ne ressent jamais de grande frustration en se disant que punaise, c’est trop loin. Non. En observant avec attention, on trouve souvent une porte, une échelle, un bouton qui va activer un raccourci et nous permettre de progresser en se focalisant sur l’essentiel : survivre. Vous connaissez la musique, dont la partition nous fait alterner les attaques rapides et lourdes sur les boutons de tranche de manette, entre deux esquives du bon côté. The Surge 2 est d’ailleurs un jeu qui, contrairement à Dark Souls qui vous laisse la possibilité de jouer le rhinocéros prompt à encaisser pour mieux harceler ensuite, mise essentiellement sur l’esquive et la parade au poil de derrière. Un nouveau système de contre directionnel est d’ailleurs introduit par ce nouvel épisode : si vous parez comme il faut et quand il faut à l’aide du stick droit, vous aurez une belle occasion d’ouvrir grandement la garde adverse. On découvre également ici une utilisation du drone beaucoup plus importante que dans le premier The Surge, si ce n’est pas capitale. Plus qu’un outil servant à déverrouiller des portes ou pouvant faire office de leurre, le drone embarque des balles et autres IEM qui peuvent faire basculer le cours du combat.

surge 2 test 3

Pour le reste, on retrouve les ingrédients d’une recette qui a fait mouche il y a deux ans. Affublé d’un exosquelette améliorable à coups de pièces détachées que lâchent les ennemis à chaque dernier souffle, sur les trois domaines que sont la santé, l’endurance et la batterie (jauge autorisant l’utilisation d’une compétence active), notre héros doit s’employer à exécuter encore et encore l’action qui a fait le charme du premier The Surge. Pour rappel, il est possible ici de viser précisément l’un des six points principaux du corps ennemi (tête, corps, bras et jambes) avec deux possibilités : se concentrer sur la zone bleue car plus faible pour gagner du temps ou alors viser celle en orange, plus résistante mais qui offrira au moment de l’exécution la possibilité de récupérer une pièce indispensable à la création d’équipement. Ainsi, tous les types d’ennemis disposent d’une armure d’un certain type et si vous voulez la même, eh bien il vous appartient de le tailler en pièces jusqu’à disposer de suffisamment d’éléments pour créer chacune des six parties. Un set partiel puis complet offre des bonus, tandis qu’en avançant on fait face à des ennemis plus robustes et disposant donc de pièces de qualité supérieure. Bref, la chasse aux composants devient vite un élément central du gameplay, conforté par le caractère dynamique et brutal du Souls vu par The Surge 2.

surge 2 test 4

Progresser, observer, combattre est un véritable plaisir dans le jeu de Deck13. Les impacts sont puissants, les variations liées à l’équipement se ressentent d’un simple passage de niveau. De la même manière que l’on découpe pour obtenir de quoi se protéger, on combat dans le but d’obtenir des plans d’armes toujours plus évolués. Lances, épées, masses, couteaux, agrémentés de dégâts physiques ou à base de « nanites », le tout joliment inspiré par l’ambiance futuriste et apocalyptique de l’univers de The Surge 2 : l’armement est costaud et vous trouverez assurément votre bonheur. Que vous soyez un attaquant rapide ou au contraire, un bourrin bienheureux. Autour de tout cela, dont l’usage est par ailleurs conditionné par le niveau de puissance de l’exosquelette, on déniche très régulièrement des améliorations passives ou actives, là encore améliorables. Regain de santé, d’endurance, résistance au poison, augmentation de l’attaque ou de la défense, etc… Les bases sont là. Reste donc à utiliser tout cela de la façon la plus prudente qui soit, face à une belle galerie d’ennemis et quelques boss parfois bien retors. C’est d’ailleurs là le petit reproche que l’on peut faire sur le fond de The Surge 2. Globalement exigeant comme le veut le genre qu’il représente, il manque parfois un peu d’équilibre, alternant les phases un poil trop faciles avec des moments qui demandent tout à coup d’augmenter son niveau de jeu de manière drastique. Mais il ne fait aucun doute que vous vous en sortirez, d’une manière ou d’une autre, pour vivre au final une expérience « soulesque » tout à fait recommandable et que l’on espère revoir à l’avenir.

4/5
Deux ans après la bonne surprise The Surge, Deck13 confirme de façon claire et précise qu’il a entre ses mains la recette d’un Souls-like solide, d’une alternative de choix lorsque la balance de notre sensibilité a tendance à pencher du côté futuriste. Plus vaste, plus ambitieux, consolidé par des petits ajouts bien venus et toujours aussi efficace sur ses acquis, la franchise connait avec The Surge 2 une évolution aussi logique que convaincante. Peut-être lui faut-il encore dresser les contours d’un univers en manque d’identité aujourd’hui et disposer on l’espère des moyens de proposer un jour une prestation technique plus franche ? Quoi qu’il en soit, The Surge 2 est un titre que l’on recommande sans retenue à tout bon amateur de Souls-like.

+

  • Approche dynamique du Souls-like
  • Level-design taillé avec précision
  • Plus vaste, plus diversifié que The Surge
  • Système d’augmentation/armement efficace
  • Techniquement correct…

-

    • … Mais pas toujours équilibré
    • Univers qui mérite plus d’attention
    • Difficulté parfois inégale