News

21.06.2019 à 07h00 par - Rédacteur en Chef |Source : Thurrott

Xbox Scarlett : un seul modèle de console en vue, le plus puissant ?

Full power

En annonçant à l’E3 2019 la Xbox (nom de code) Scarlett pour la fin de l’année prochaine, Microsoft a officialisé le tournant pris vers le futur et a confirmé certaines des rumeurs insistantes qui entouraient le mythe de la prochaine Xbox. Les spécificités techniques de la machine avaient par exemple été dévoilées à l’avance et avec une certaine justesse par le site Thurrott. C’est justement un de leurs récents articles qui nous intéresse aujourd’hui.

Si vous avez suivi les rumeurs et spéculations autour de la Xbox Scarlett, vous savez certainement qu’ont été évoqués durant plusieurs mois deux modèles de consoles : un premier, nom de code «Anaconda«, voué à être le plus puissant et à permettre aux technophiles de profiter d’un rendu optimal pour leurs jeux. Le second modèle, nom de code «Lockhart«, visait quant à lui le public le plus large possible avec des capacités moindres mais évidemment, un tarif d’entrée plus attractif. En bref, les rumeurs allaient dans le sens d’un lancement qui verrait deux modèles de next-gen se présenter aux consommateurs à la manière des Xbox One X et S aujourd’hui.

Mais depuis la conférence E3 de Microsoft et les déclarations de Phil Spencer à Business Insider, on sait que Microsoft travaille sur un seul modèle de console. Selon Brad Sams de Thurrott (c’est lui qui a révélé avant l’heure les détails sur la Scarlett) et après les discussions que le journaliste a pu avoir avec des personnes impliquées dans le développement de la Xbox Scarlett, le modèle Lockhart a été mis à l’écart et Microsoft concentre ses efforts sur le modèle Anaconda, le plus puissant.

Selon Brad Sams, cette décision est le résultat des difficultés rencontrées par les créateurs pour développer sur deux machines aux capacités diverses. La plupart développait alors en priorité sur le modèle Lockhart, le moins puissant des deux, car il est plus simple de permettre à un jeu de s’améliorer ensuite sur la console plus puissante que d’envisager l’inverse. Ce faisant, et toujours selon Brad Sams, les capacités du modèle Anaconda n’étaient pas correctement mises à profit, ce qui représente un jeu dangereux dans la course qui opposera bientôt Microsoft et la Scarlett à Sony et sa PS5. Microsoft ne peut pas se permettre de revivre la confrontation Xbox One/PS4, pas plus qu’il ne doit se tirer des balles dans le pied sur le terrain du cloud gaming : le Projet xCloud a besoin de jeux ambitieux et Microsoft doit pouvoir les proposer de la façon la plus simple qui soit.

Par commodité autant que par volonté d’apparaître fort sur le terrain de la puissance, c’est donc le modèle «Anaconda» qu’a choisi de commercialiser Microsoft dans un peu plus d’une année, sous une appellation finale que l’on ignore encore (même Phil Spencer).

Actu 24/24

+

On en parle aussi

Planning

+